GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Crash du vol MH17 en Ukraine: l’enquête peine à se mettre en place

    media Une équipe d’experts de l’OSCE arrive le 22 juillet sur le site du crash gardé par des séparatistes pro-russes. REUTERS/Maxim Zmeyev

    Aux Pays-Bas, on s'interroge sur les avancées de l’enquête dans l'est de l'Ukraine, là où s’est écrasé le vol MH17. Une grande partie des passagers était néerlandaise. Le Premier ministre Mark Rutte a dû faire face à un feu roulant de questions lors d'une réunion de la commission des Affaires étrangères à la deuxième Chambre des Etats-généraux du pays.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Les parlementaires néerlandais réclamaient depuis le jour même de la catastrophe d’être tenus informés par le gouvernement des contacts diplomatiques et des avancées de l’enquête sur le terrain.

    Les Pays-Bas se sont vus confier la direction de l’enquête et ils ont déjà envoyé des équipes d’experts en Ukraine, mais le Premier ministre Mark Rutte leur a dépeint une situation où le travail quotidien est particulièrement compliqué.

    « Avec le contexte dans lequel nous opérons actuellement, nous devons réévaluer la sécurité quotidiennement, explique Mark Rutte. C’est notre coordinateur national qui s’en charge tous les jours sur la base d’informations de nos services de renseignements, de l’OSCE et d’autres sources. Il évalue les conditions de sécurité. Alors, il est vrai que les séparatistes ont affirmé trouver important que nous soyons aussi sur place pour y effectuer notre travail, mais la région n’est pas sûre. Ça veut dire que nous devons en permanence soupeser ce qu’il est possible de faire ou non. »

    Les Pays-Bas ont déjà envoyé sur place 40 gendarmes de la Maréchaussée royale, mais ils ne sont pas armés pour l’instant. Le gouvernement néerlandais étudie la possibilité d’envoyer, pour la sécurité de leur personnel, un détachement de fusiliers marins, les troupes d’élite néerlandaises. Mais la décision ne sera pas prise avant ce week-end.

    A (RE) LIRE : Crash du MH17: combats à Donetsk, où les experts doivent enquêter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.