GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La crise en Ukraine creuse le fossé entre Russes et Occidentaux

    media Partisans pro-russes à Donetsk, le 21 juin 2014. REUTERS/Shamil Zhumatov

    C'est une nouvelle source de crispation entre la Russie, l’Ukraine et les pays occidentaux. La communauté internationale observe avec inquiétude la progression de plus de 260 camions blancs, partis, mardi 12 août, d’une base militaire de la région de Moscou. La Russie affirme envoyer un convoi humanitaire pour venir en aide aux populations démunies de l’Est de l’Ukraine. Le convoi fait route vers la frontière ukrainienne. A Kiev, les autorités sont sur le qui-vive. Le gouvernement ukrainien redoute une intervention militaire déguisée de la Russie. Plusieurs capitales occidentales ont, elles aussi, exprimé leurs craintes à propos de ce convoi. L’affaire illustre, une nouvelle fois, le fossé qui est en train de se creuser entre la Russie et les pays occidentaux.

    Si l’aide russe provoque autant de réticences, c’est que Moscou joue un rôle-clé dans cette crise ukrainienne : des chars, de l’artillerie lourde, des combattants continuent de transiter par la frontière russe pour alimenter la rébellion. Y a-t-il dans ce contexte des raisons de s’inquiéter d’une intervention militaire russe ?

    « Le risque est réel. La Russie essaye, d’une certaine manière, de pousser Kiev à la faute, car sous couvert d’un envoi humanitaire, c’est bien une nouvelle forme d’intervention directe que cherche Moscou », explique Bruno Tertrais, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, estimant que « la Russie ne peut se permettre de voir l’Ukraine reconquérir sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire sans réagir, à l’exception bien-sûr de la Crimée ».

    Violation du droit international

    Les Etats-Unis et l'Union européenne ont prévenu la Russie que toute intervention, même humanitaire, dans l'Est de l'Ukraine, sans le consentement de Kiev, serait « inacceptable » et constituerait une violation du droit international. La marge de manœuvre des Occidentaux est limitée. Mais si l’usage de la force militaire n’est pas sur la table, l’escalade dans les sanctions n’est sans doute pas terminée, estime Jean-Sylvestre Mongrenier, chercheur à l'Institut français de géopolitique et chercheur associé à l’Institut Thomas More. « C’est une véritable épreuve de force, explique-t-il. L’affaire ukrainienne doit être perçue comme un véritable tournant dans les relations entre la Russie et l’Occident, ce qui signifie que l’on est au seuil de profondes révisions, des perceptions, des représentations. Les attitudes réciproques sont en train de changer, ce qui aura des retombées dommageables sur les relations économiques ».

    La semaine dernière, Moscou a pris des mesures de rétorsion vis-à-vis des pays qui ont adopté des sanctions envers des personnalités ou des entités russes, en interdisant ou limitant les importations de produits agroalimentaires. Ce nouvel embargo aura des conséquences pour les exportateurs occidentaux, mais risque aussi de peser sur l’économie russe, qui importe 35% de sa consommation alimentaire, dont 10% de l’Union européenne.

    « Pas de bonne option alternative »

    « La Russie n’a pas de bonne option alternative, estime Bruno Tertrais. On ne peut pas, du jour au lendemain, se tourner vers d’autres pays, d’autres continents, pour assurer ses approvisionnements alimentaires. Il est évident que la Russie souhaite se dégager de sa dépendance vis-à-vis de l’Europe, mais ça ne pourra pas se faire du jour au lendemain », analyse le chercheur, qui pronostique un retour des importations européennes en Russie d’ici quelques mois.

    Pour autant, il n’y a pas lieu d’attendre une amélioration rapide des relations entre Vladimir Poutine et les Occidentaux, estime Jean-Sylvestre Mongrenier. La phase de refroidissement semble être partie pour durer : « Si on raisonne à un niveau plus global, ce qui me marque, c’est la détermination de Poutine. Pendant longtemps, on a voulu voir en lui un partenaire naturel de l’Occident, certes un peu rugueux, mais ce qui est évident aujourd’hui c’est qu’il n’est pas sur cette ligne. Il pense véritablement en termes de reconstitution d’une force d’opposition à l’Occident et il pose la Russie comme un Etat perturbateur, qui veut complètement réviser l’ordre des choses en Europe. »

    Le président russe ambitionne de mettre en place dès l’an prochain une union économique eurasienne, vaste espace commercial que Vladimir Poutine rêve de voir concurrencer les Etats-Unis, l'Union européenne et la Chine. Selon ses vœux, l’Ukraine aurait dû y être une pièce maitresse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.