GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: possibles combats entre l'armée et des blindés venus de Russie

    media Des blindés russes à proximité de la frontière russe, dans la région de Rostov, le 23 août 2014. REUTERS/Alexander Demianchuk

    Des blindés russes auraient franchi la frontière ukrainienne depuis la Russie, à la hauteur de la mer d'Azov, selon le porte-parole de l'armée ukrainienne. A Moscou, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, a annoncé que la Russie allait envoyer un deuxième convoi humanitaire en Ukraine, après en avoir informé Kiev.

    Avec notre envoyé spécial à Donetsk, Daniel Vallot, et notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Plusieurs dizaines de véhicules blindés auraient franchi la frontière et auraient été stoppés en territoire ukrainien, à la suite d’affrontements avec les forces ukrainiennes, selon le porte-parole de l'armée ukrainienne. Selon cette même source, la bataille serait toujours en cours et se déroulerait dans la région de Marioupol, la grande cité balnéaire située dans le sud du Donbass.

    Selon le chef d'une milice pro-gouvernementale ukrainienne, c’est une cinquantaine de blindés venus de Russie qui seraient entrés dans le pays près du littoral de la mer d'Azov : une quarantaine se dirigeaient vers la ville de Marioupol, au Sud, d'autres avaient mis cap au Nord vers Donetsk. De leur côté, les autorités militaires de Kiev parlaient d'une dizaine de chars et de deux véhicules de transport de troupes arborant des drapeaux séparatistes.

    L'état-major de l'opération militaire menée par Kiev a reconnu une « intensification de l'action de l'ennemi ». A Donetsk, bastion rebelle assiégé par l'armée ukrainienne, de fortes explosions ont été entendues dans la ville et des colonnes de fumée ont été vues par des journalistes de l'Agence France presse. Le porte-parole militaire ukrainien a déclaré que l'armée subissait des contre-attaques de la part des rebelles également à Lougansk et à Llovaïsk.

    Ces informations sont à prendre avec la plus grande prudence, car la guerre des communiqués fait rage en Ukraine depuis le début des hostilités entre Kiev et le camp pro-russe. Celui-ci a fait d’ailleurs état depuis dimanche d’une vaste contre-offensive dans la région de Donetsk. Les séparatistes affirment avoir repris le contrôle de plusieurs localités dans la périphérie de la ville.

    Nouveau front

    RFI n'a pas été en mesure cependant de s'approcher de la ligne de front en raison de l’intensité des tirs d’artillerie de part et d’autre. Et là encore, il est très difficile de pouvoir confirmer les annonces du camp pro-russe. Celui-ci affirme au demeurant que la Garde nationale ukrainienne aurait quitté la ville de Marioupol, ce qui pourrait confirmer qu’une offensive est bel et bien en cours dans le sud de la région et qu’un nouveau front serait en passe d’être ouvert dans le sud-est du Donbass. 

    À noter que pour la première fois, les autorités autoproclamées de Donetsk ont signalé que des Français ont rejoint les rangs des combattants pro-russes contre l'armée loyaliste. Des Suisses et des Serbes auraient fait de même.

    Deuxième convoi humanitaire russe

    À plusieurs centaines de kilomètres de là, à Moscou, Sergueï Lavrov est intervenu au cours d'une conférence de presse, sur l'envoi d'un « deuxième convoi humanitaire ». « Nous avons envoyé hier une note officielle au ministère des Affaires étrangères ukrainien », a-t-il déclaré. « Nous y avons joint une liste détaillée des marchandises que l'on prévoit d'envoyer, et exprimé notre espoir d'une collaboration étroite avec les autorités ukrainiennes, en ce qui concerne toutes les formalités. On espère, compte tenu de notre expérience, que cela prendra moins de temps que la première fois. »

    Selon le ministre russe des Affaires étrangères, ce deuxième convoi se justifie en raison d'une situation humanitaire qui « se détériore ». « Tout retard ne fera que violer les obligations des Etats en terme de droits humanitaire, a-t-il ajouté. Nous souhaitons discuter des conditions de livraisons du convoi par le même trajet, selon les mêmes paramètres, avec la participation des gardes frontières et des douaniers ukrainiens, dans les plus bref délais. Nous sommes convain cus qu'il faut le faire cette semaine.»

    Prisonniers de guerre à Donetsk

    Sergueï Lavrov est enfin revenu sur la présentation au public par les séparatistes pro-russes, de prisonniers de guerre, lors d'un défilé à Donetsk ce dimanche 24 août. Il ne s'est pas dit choqué par ce qu'il avait pu voir. « En ce qui concerne l’attitude humiliante concernant les prisonniers de guerre, je laisserai les juristes en juger », a-t-il indiqué, avant d'ajouter : « j’ai vu les images de ces défilés et je n’ai rien vu qui me fasse penser à de la torture. »

    À contrario, il a dénoncé à l'occasion les actions des forces de l'ordre ukrainiennes et plus particulièrement  « de bataillons qui n’obéissent qu’aux oligarques qui les financent », ou encore de la garde nationale et des membres de Pravy Sektor (extrême droite ukrainienne). Des groupes qui se livreraient selon lui à des actes sur la populations qui « s'apparentent clairement à des crimes de guerre ».

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergeï Lavrov, lors d'une conférence de presse à Moscou, le 25 août 2014, a annoncé lenvoi d'un deuxième convoi humanitaire dans l'est de l'Ukraine. REUTERS/Maxim Zmeyev

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.