GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Histoires de migrants morts en Méditerranée (I)

    media A quelques heures du départ en mer du «Giulia», le commandant Domenico Asaro est déjà sur le pont. ©Cécile Debarge

    Episode 1 / Vivants ou morts, ramener les corps à terre. Rencontre avec les pêcheurs siciliens de Mazara del Vallo (Italie).

    Dans le port de pêche sicilien de Mazara del Vallo, les chalutiers partent pour près d’un mois en haute mer, parfois au large des côtes tunisiennes ou libyennes. Ils se retrouvent alors en première ligne face aux bateaux de migrants qui tentent de rejoindre l’Europe. Et n’hésitent pas à sauver les vivants et à ramener à terre les corps de ceux morts pendant la traversée.

    « C’était une nuit de tempête, en 2011. Nous étions à environ cinquante miles de Mazara del Vallo, en plein canal de Sicile. Il faisait déjà nuit quand un petit bateau s’est approché du chalutier, complètement à l’aveugle. A bord, il y avait 32 Tunisiens, ils arrivaient de Bizerte. Malgré la mer force 7-8, on a ouvert la porte située sur le flanc du bateau et on a fait monter toutes ces personnes à bord. On a mis à disposition nos vêtements, nos vivres et on a apporté toute l’assistance nécessaire à des personnes qui étaient en danger ». Le récit de l’armateur Vito Gangitano ne s’embarrasse pas des détails. Il est bref, précis, désabusé aussi. A 64 ans dont presque 50 passés en mer, des histoires comme celle-ci, il en a plus d’une. Dans le port sicilien de Mazara del Vallo, chaque pêcheur hauturier a la sienne. Tous témoins, malgré eux, de la tragédie qui se joue en Méditerranée. Le commandant du Giulia ne déroge pas à la règle. Le dernier sauvetage de son équipage remonte à deux ans. En cette matinée d’été, Domenico Asaro s’apprête à embarquer pour près d’un mois de pêche. Il en ramènera plusieurs tonnes de gambas, de merlu et de rouget.

    Indispensables vigies

    La mer claque à peine sur les flancs des rares chalutiers restés au port. Sur le pont, seul le vent se mêle mollement au bruit assourdissant du moteur. La Méditerranée est calme. Ultra surveillée, aussi, depuis le début de l’opération Mare Nostrum en octobre 2013. Les sauvetages sont plus rares. Mais les pêcheurs restent les meilleures vigies et signalent régulièrement la présence d’embarcations clandestines en mer. « Même quand on pêche, il y a toujours une personne qui reste sur le pont à surveiller les alentours, l’œil alerte et attentif, au cas où un bateau s’approche avec des migrants à bord », raconte Domenico Asaro. « Quand on en voit un, on s’approche pour voir s’ils ont besoin d’une aide immédiate et on leur donne de l’eau, du pain, quelque chose à manger. Ensuite, on prévient les autorités militaires et on attend qu’elles arrivent pour repartir », poursuit-il. Comme à chaque sortie en mer, l’équipage du Giulia découvrira aussi des bateaux engloutis, vestiges des traversées de migrants d’une rive méditerranéenne à l’autre. « Parfois, on sent quelque chose qui bloque le filet lorsqu’on essaie de le remonter. Alors on s’arrête et on voit qu’il est complètement déchiré. On a même des morceaux de bateau qui se prennent dans les mailles », se désole Domenico Asaro, « tous les mois, on casse entre trois et quatre filets ».

    « Une mer d’épaves »

    L’armateur Roberto Ignaciola montre les zones de pêche où part son chalutier : en plein canal de Sicile, au sud de l’île de Lampedusa. Il est alors fréquent que les pêcheurs se retrouvent face-à-face avec des embarcations de migrants. ©Cécile Debarge

    Selon le temps et la saison, les chalutiers siciliens traînent leurs immenses filets au large des côtes chypriotes, grecques, libyennes ou tunisiennes, dans ces eaux internationales que traversent les frêles embarcations de migrants et devenues « une mer d’épaves », soupire Vito Gangitano. Il y a ces bateaux disparus sans que personne ne le sache, ceux aussi laissés à la dérive après un sauvetage. « Lorsque les militaires de Mare Nostrum interviennent pour un sauvetage en mer, il leur arrive souvent de laisser l’embarcation en mer lorsqu’elle est vide. Sauf qu’elle finit par couler et que c’est nous qui la retrouvons dans nos filets », explique Domenico Asaro d’une voix lasse. « Le manque à gagner de pêche, le carburant, les vivres qui leur manquent sur le bateau parce qu’ils ont tout donné, les filets cassés, tout est à la charge des pêcheurs », déplore Bartolomeo Tumbiolo, président de l’association des armateurs de Mazara del Vallo. « Ce qu’ils voient en premier, c’est l’urgence humanitaire. Ils ne demandent rien. Mais si quelqu’un pouvait penser à eux, ce serait une bonne chose, et pas seulement pour leur donner une médaille ».

    Car ils n’ont de cesse de le répéter. Ils ne sont pas des héros. C’est leur devoir de pêcheur, leur devoir moral aussi. « On ne peut pas aller contre la nature, pour nous, pêcheurs et pour tous ceux qui vont en mer, c’est une fierté immense de sauver une vie humaine, c’est une chose indescriptible », confie le commandant du Giulia, « parce qu’on sait bien ce que cela signifie de perdre la vie en mer sans que le corps ne soit jamais retrouvé, c’est une douleur qui ne vous quitte jamais ». Alors, quand les filets remontent un corps ou qu’ils découvrent un bateau sans aucun survivant, ils font la même chose que face aux vivants. Ils s’approchent de l’embarcation, l’attèlent au chalutier et la ramènent au port le plus proche. « C’est comme s’ils te demandaient d’être sortis de l’eau et ramenés à terre, d’avoir une sépulture digne », confie Roberto Ignaciola, un autre armateur de Mazara del Vallo. Un ultime sauvetage pour ne pas les condamner à l’oubli.

    « Perdu à la frontière » Ramener les corps à terre Cécile Debarge a rencontré plusieurs de ces pêcheurs. Et tous n’ont cessé de le répéter: mort ou vivant, on ne laisse pas un homme en détresse seul en mer. Reportage à Mazara del Vallo, dans le sud de la Sicile. 08/09/2014 - par Cécile Debarge
    Première étape dans le sud de l’Italie, en Sicile. A la rencontre des pêcheurs hauturiers de Mazara del Vallo. Lorsqu’ils quittent le port sur leurs gros chalutiers, ils partent pour près d’un mois en mer, dans les eaux internationales au large des côtes libyennes ou tunisiennes, au sud de l’île de Lampedusa par exemple. Au milieu de la mer, ils se retrouvent souvent en première ligne face aux arrivées d’embarcations de fortune. Cécile Debarge a rencontré plusieurs de ces pêcheurs. Et tous n’ont cessé de le répéter: mort ou vivant, on ne laisse pas un homme en détresse seul en mer. Reportage à à Mazara del Vallo, dans le sud de la Sicile.
    Écouter

    A suivre (II) : Identifier les corps et retrouver les familles. Rencontres d’Alexandroupolis à Mytilène (Grèce)

    Une série réalisée avec l'émission Accent d'Europe

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.