GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: ce que prévoit le protocole signé à Minsk

    media A Marioupol, le cessez-le-feu a déjà été violé plusieurs fois depuis vendredi soir. REUTERS/Vasily Fedosenko

    On connaît maintenant mieux les détails du «protocole» signé vendredi à Minsk par les représentants de l’Ukraine, de la Russie, de l’OSCE et des séparatistes pro-russes du sud-est de l’Ukraine. «Un cessez-le-feu bilatéral immédiat» y est présenté comme condition préalable aux autres points de l’accord. Or, la trêve introduite vendredi soir a été déjà violée à plusieurs reprises et les habitants sur place ont peu d’espoir qu’elle tienne longtemps.

    Si la trêve tient malgré toutes les difficultés, on pourra espérer une rapide libération de tous les prisonniers et des otages, ainsi que le retrait des « groupes armés illégaux, des armes lourdes et de tous les combattants et mercenaires du territoire ukrainien ».

    Le protocole prévoit aussi une décentralisation du pouvoir et un « statut spécial » aux contours non précisés pour les régions de Donetsk et Lougansk. Ce qui éloigne le spectre d’une « fédéralisation » prônée par Moscou. Celle-ci, catégoriquement rejetée par les autorités ukrainiennes, permettrait aux régions séparatistes de décider de leurs propres échanges diplomatiques et économiques avec la Russie.

    Cessez-le-feu fragile

    L’accord introduit également un contrôle « constant et actif » par l’OSCE de la frontière entre les régions rebelles et la Russie, et la création d’une zone de sécurité le long de cette même frontière.

    Des avancées qui dépendent de la solidité du cessez-le-feu. Or, celui-ci reste très fragile. Hier, dimanche, une femme a été tuée par des tirs à Marioupol et des bruits de bombardement ont été entendus du côté de l’aéroport de Donetsk.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.