GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    France: la justice réexamine l'extradition du Kazakh Abliazov

    media Moukhtar Abliazov, ici en 2006 à Almaty, a été arrêté par la police française près de Cannes, le 31 juillet 2013. REUTERS/Vladimir Tretyakov

    Scandale financier ou cabale politique ? La justice française réexamine jeudi 25 septembre les demandes d'extradition de Moukhtar Abliazov, oligarque et opposant kazakh arrêté sur la Côte d'Azur, que l'Ukraine et la Russie accusent d'avoir détourné des milliards de dollars. Retour sur le parcours d'un homme d'affaires controversé.

    Véritable mafieux ou opposant victime d'un règlement de compte politique ? Une chose est sûre, Moukhtar Abliazov a longtemps navigué en eaux troubles. Ministre de l'Energie du Kazakhstan à la fin des années 1990, cet homme de 51ans a dirigé pendant cinq ans la première banque kazakhe, la BTA, jusqu'à sa nationalisation en 2009.

    Depuis, la Russie et l'Ukraine, qui se disent victimes de ses fraudes, l'accusent d'avoir détourné plus de 4 milliards d'euros via des prêts frauduleux et une multitude de sociétés offshore. Moukhtar Abliazov, affirme pour sa défense, que sa réussite a fait des jaloux, à commencer par le tout-puissant président kazakh Noursoultan Nazarbaïev qui, dit-il, chercherait à l'abattre.

    Une affaire digne d’un polar

    En 2011, Abliazov obtient l'asile politique au Royaume-Uni. Rattrapé par la justice, son passeport est alors confisqué et ses avoirs gelés. L'affaire se mue alors en un véritable roman policier, l'oligarque quitte clandestinement l'Angleterre. Près de dix-huit mois plus tard, fiché par Interpol, il est interpellé dans une luxueuse villa de la Côte d'Azur par la police française, renseignée par des détectives anglais mandatés par la banque kazakhe.

    C'est désormais à la justice française de trancher cet épineux dossier, et de dire si la Russie et l'Ukraine offrent les garanties nécessaires quant au sort carcéral et judiciaire qui serait réservé à Moukhtar Abliazov.

    Pressions sur la justice

    Car ces derniers mois l’affaire s’est envenimée, la défense d’Abliazov mettant en cause l’intégrité des magistrats d’Aix-en-Provence qui avaient préalablement validé la demande d’extradition. L’affaire a depuis été dépaysée à Lyon, et il y a quelques jours le parquet général s’est à son tour prononcé en faveur de l’extradition de l’homme d’affaires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.