GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Coalition anti-EI: vers un ralliement d’Ankara?

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors de son intervention à l'Assemblée générale des Nations unies. New York, le 24 septembre 2014. REUTERS/Lucas Jackson

    La Turquie a confirmé, lundi 29 septembre, avoir l’intention de se rallier à la coalition anti-organisation Etat islamique emmenée par les Etats-Unis et un vote du Parlement turc aura lieu, sur cette question, jeudi 2 octobre. Jusque-là réticente à rejoindre cette coalition, Ankara a donc changé de ton à l’égard de l'organisation Etat islamique (OEI). Mais les autorités turques pourraient se contenter d’un ralliement formel, sans réellement participer aux efforts militaires engagés contre l'OEI.

    C’est à son retour de l’Assemblée générale des Nations unies, samedi 27 septembre, que Recep Tayyip Erdogan, le président turc, a officialisé le changement de ton de son pays à l’égard de l’organisation Etat islamique (OEI). Accusé d’avoir longtemps fermé les yeux face aux agissements du groupe jihadiste, au nom de la lutte contre le régime de Bachar el-Assad, le président turc a reconnu la nécessité pour son pays de rejoindre la coalition emmenée par les Etats-Unis pour contrer la montée en puissance de l’organisation. « Nous ne pouvons rester en dehors de ça », déclarait ainsi le président turc, ouvrant la voie à un vote du Parlement, prévu jeudi prochain, qui devrait autoriser le ralliement de la Turquie à la coalition anti-OEI. Officiellement, c’est la libération de 46 ressortissants turcs retenus par l’OEI à Mossoul qui permet à la Turquie de s’engager directement dans le conflit. Mais la pression exercée par les Etats-Unis, et la prise de conscience qu’il était impossible de rester à l’écart de la coalition formée avec la plupart des grands pays sunnites de la région ont certainement dû jouer un rôle crucial dans la décision des autorités turques de renoncer à un positionnement qu’il était devenu impossible de défendre.

    Déclarations d’intention

    Au-delà de ces déclarations d’intention et du vote programmé du Parlement turc, on ne sait encore que peu de choses, au demeurant, sur les intentions réelles de la Turquie et sur l’étendue que prendra son implication dans la lutte contre l’organisation Etat islamique. La Turquie va sans doute réclamer l’établissement d’une zone tampon le long de la frontière, un projet qui lui tient particulièrement à cœur depuis le début de la guerre civile en Syrie, mais qui a peu de chances d’aboutir étant donné les difficultés juridiques et militaires qu’il pose. « Cette demande, c’est une manière pour la Turquie de gagner du temps, estime Bayram Balci, chercheur au CERI-Sciences Po, et de retarder le plus possible son véritable engagement contre l'organisation Etat islamique.» Pour de nombreux observateurs, Ankara n’a en réalité aucunement l’intention d’offrir un appui autre que logistique à la coalition anti-OEI. Une réticence qui s’explique d’abord par la crainte de voir les combattants kurdes de Syrie (proches du PKK turc) profiter des bombardements américains et arabes sur l’organisation Etat islamique. Et d’assister à l’émergence d’un pouvoir kurde transfrontalier renforcé militairement et surtout légitimé politiquement aux yeux des Etats-Unis et des pays européens. « Il y a indéniablement un changement de ton vis-à-vis du groupe Etat islamique, explique Bayram Balci, mais je ne suis pas sûr que les autorités turques aient l’intention d’aller au-delà de ces déclarations, et d’agir concrètement pour lutter contre l’OEI. »

    Outre la proposition de zone tampon, qui n’a aucune chance d’aboutir à court terme, la contribution turque à la coalition anti-OEI pourrait donc se résumer, dans le meilleur des cas, à l’ouverture de bases aériennes, et de l’espace aérien turc aux avions de la coalition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.