GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Vatican: le Synode se veut ouvert mais réaffirme le dogme

    media Le pape François au milieu des cardinaux et des évêques lors de la messe d'ouverture du Synode, le 5 octobre 2014. REUTERS/Tony Gentile

    Depuis une semaine, l'Eglise catholique réfléchit au Vatican sur la famille. Les têtes du clergé, évêques et cardinaux, sont réunis pour débattre des évolutions posées par le monde contemporain. On discute, mais on ne prend pas de décision. Le pape François veut se laisser le temps jusqu'au 2e Synode sur la famille de son pontificat, qui se tiendra l'année prochaine.

    Avec notre correspondant à Rome, Antoine-Marie Izoard

    Le Synode qui rassemble au Vatican quelque 200 cardinaux et évêques du monde entier n’est pas un parlement qui doit trouver, en deux semaines, une majorité. Invités par le pape à débattre des questions liées à la famille, les « pères synodaux », comme on les appelle ici, doivent parvenir à un consensus.

    Au menu des discussions : l’accueil des fiancés et la question de savoir s’il faut marier à l’Eglise tous ceux qui le réclament, les questions de morale sexuelle, les injustices dans certains pays du monde qui pénalisent la famille ou les modèles occidentaux imposés en Afrique et vivement critiqués par les évêques du continent. De l’avis des participants, qui débattent à huis clos, chacun parle en toute liberté y compris avec le pape à la pause café. Le pape François a, en effet, invité chacun à parler en toute franchise, sans peur de déplaire à quiconque, y compris à lui.

    Conscients de l’enjeu que cela représente, le Synode débat énormément de la question des divorcés-remariés, qui ne sont pas autorisés à communier. Si une majorité se prononce pour une plus grande miséricorde, des adaptations pastorales et un changement de langage pour accueillir ces couples, la doctrine de l’indissolubilité du mariage n’est pas remise en question. Toujours est-il qu’une semaine de discussions doit encore avoir lieu, en groupes linguistiques, et qu’aucune décision ne devrait être prise avant le 2e synode convoqué dans un an.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.