GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Patriotisme jaune et bleu en Ukraine à la veille des élections

    media Drapeaux ukrainiens et de l'Union européenne lors d'un rassemblement à Kiev, le 15 Octobre 2014. REUTERS/Gleb Garanich

    Dimanche 26 octobre, les Ukrainiens se rendront aux urnes pour des élections législatives anticipées. Cette consultation se déroule alors que les armes continuent de parler dans l’est du pays. En dépit du cessez-le-feu conclu au début du mois, les tirs d’artillerie font chaque jour de nouvelles victimes dans les régions de Donetsk et Louhansk. Cette guerre est l’un des thèmes essentiels de la campagne électorale.

    Avec nos envoyés spéciaux à Kiev, Boris Vichith et Anastasia Becchio

    Des pieds de lampadaires aux bordures des espaces verts : le jaune et le bleu sont omniprésents dans les rues de Kiev. Les couleurs du drapeau ukrainien s’affichent partout en cette fin de campagne électorale.  « Le patriotisme est tendance aujourd’hui, confirme Philipp Alid, membre du parti Alliance démocratique. Il s’est renforcé en raison de la guerre avec la Russie. Grâce à ça, de nombreuses personnes se sont mises à parler ukrainien, par principe. Les partis en jouent aussi : ils affichent des slogans du type : "votez pour nous et nous vaincrons" ou encore "nous entrerons dans l’Otan"».

    A Kiev, où les officiels et les médias n’hésitent pas à qualifier les rebelles séparatistes de terroristes, les combattants du camp loyaliste ont la cote. Et leur notoriété est utilisée à des fins électorales, ce que constate le sociologue Andrei Bytchenko : « Dans les listes de plusieurs partis politiques qui sont quasi sûrs de siéger au Parlement, il y a des personnalités qui prennent part aux opérations militaires et notamment plusieurs commandants de bataillons de volontaires. Ils ont une image plutôt positive. »

    Le parti de Ioulia Timochenko n’est pas en reste. Sur la liste de Batkyvchina, en deuxième position, juste après l’égérie de la « révolution orange » figure Nadia Savtchenko, lieutenant de l’armée de l’air ukrainienne, capturée par les séparatistes dans le Donbass, transférée en Russie et détenue actuellement dans un hôpital psychiatrique à Moscou.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.