GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie: à Rome, la première grande manifestation de l'ère Renzi

    media Rome, le 25 octobre 2014. AFP PHOTO/ Filippo MONTEFORTE

    « Travail, démocratie, légalité, égalité, dignité. » Derrière ce slogan, c'est toute la déception de milliers d'Italiens dans les rues de Rome qui s'est exprimée ce samedi 25 octobre. Venus de toutes les régions du pays, étudiants, travailleurs et retraités contestent la politique économique du gouvernement Renzi, et en particulier son projet de réforme du marché du travail, adopté en première lecture au Sénat.

    Il s'agit sans conteste de la première grande manifestation anti-Renzi. Elle était organisée par la plus puissante force syndicale du pays la Confédération générale italienne du travail (CGIL). Elle a rassemblé des centaines de milliers de personnes.

    En tête de cortège : un nombre nourri d'étudiants. Comme Giovanna, qui vient de Calabre. Elle confie : « Nous sommes ici parce que l'université, c'est très cher. Renzi, il ne donne pas d'aide aux étudiants. »

    Les étudiants sont là, mais il y a également de jeunes travailleurs hostiles au projet de réforme de l'emploi, qui prévoit plus de flexibilité - une facilitation des embauches et des licenciements. Ou encore des retraités, dont Bruno.

    Ce père de famille romain se dit très inquiet : « Le gouvernement que nous avons nous fait perdre tous leurs droits aux travailleurs. C'est impossible ! J'ai un fils qui a 42 ans et qui ne travaille pas. »

    Malgré l'ampleur de la mobilisation, Matteo Renzi assure que les syndicats ne le feront pas reculer dans sa volonté d'assouplir la loi de 1970 sur le statut des travailleurs. Mais le président du Conseil italien se dit ouvert au dialogue.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.