GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ecosse: le camp travailliste se déchire sur des questions d’autonomie

    media Johann Lamont à un meeting du Parti travailliste en Ecosse, le 22 septembre 2014. AFP PHOTO/LEON NEAL

    La chef du Parti travailliste en Ecosse, Johann Lamont, a annoncé samedi sa démission, avec effet immédiat, en accusant la direction du parti à Londres d'avoir bloqué ses tentatives de réforme du parti écossais.

    Avec notre correspondante à Londres, Marina Daras

    La présidente du Parti travailliste d’Ecosse, Johann Lamont, a annoncé qu'elle quittait la direction du parti, et ce malgré la récente victoire des travaillistes lors du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. Elle réclame plus d’autonomie pour la branche écossaise des travaillistes qui doit, selon elle, travailler en partenariat avec le parti britannique, tout en prenant ses propres décisions et contrôler ses propres ressources.

    Lamont affirme que l'Ecosse a changé pour toujours après le référendum et reproche à ceux qu’elle appelle « les dinosaures du parti » de ne pas comprendre les enjeux politiques auxquels ils doivent faire face.

    Son départ fait suite à la démission de son principal opposant, Alex Salmond, le patron du Parti national écossais, qui avait fait campagne en faveur de l'indépendance lors du vote d’autodétermination.

    A seulement quelques mois des élections législatives de mai 2015, Lamont espère que sa démission apportera plus de débat sur la place de l’Ecosse au sein du Royaume-Uni. Le nom de Gordon Brown, ancien Premier ministre britannique, a déjà été évoqué comme potentiel remplaçant bien que son retour en politique soit contesté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.