GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: à l'heure des tractations, Iatseniouk au centre du jeu

    media Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, le 30 septembre dernier auprès des armées près de Kiev. REUTERS/Andrew Kravchenko/Pool

    Au lendemain des élections législatives, les résultats continuent de tomber en Ukraine. Les derniers chiffres publiés portent sur quelque 60% des bulletins de vote. Deux formations sont toujours au coude-à-coude : celle du président et celle du Premier ministre. L'heure est maintenant aux tractations. Objectif : constituer une coalition gouvernementale.

    Avec nos envoyés spéciaux à Kiev, Anastasia Becchio et Boris Vichith

    Des discussions ont lieu en Ukraine, entre les partis susceptibles d’entrer dans la future coalition qui dirigera le pays. Le Bloc du président Petro Porochenko aura pour partenaire principal le Front populaire du Premier ministre Arseni Iatseniouk, qui a fait un score bien supérieur à ce qu’annonçaient les sondages. Mais le chef de l’Etat va tenter d’aller chercher des soutiens ailleurs, et notamment du côté de Samopomitch, le parti du maire de Lviv, composé essentiellement de militants de la société civile.

    Objectif : former une majorité la plus large possible et éviter un tête-à-tête avec le Front populaire. Les deux partis sont au coude-à-coude. Au fil du dépouillement, la formation d'Arseni Iatseniouk a même devancé un temps le parti présidentiel. Si le rapport de forces se confirme, le Premier ministre sortant pourrait bien prendre la tête de la nouvelle équipe. C’était l’une des promesses qu’il avait faites à ses électeurs.

    Le président et le chef du gouvernement sont plutôt d’accord sur l’orientation pro-européenne du pays et sur les réformes économiques à mener. Mais Arseni Iatseniouk, moins conciliant que Petro Porochenko, est partisan d'une position plus ferme face aux séparatistes et à Moscou. Les questions à régler sont légion. Entre le conflit séparatiste dans l’est, le déficit de gaz et la profonde récession, la nouvelle coalition gouvernementale va devoir agir vite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.