GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
Aujourd'hui
Samedi 23 Février
Dimanche 24 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Révolte dans un camp de rétention en Grèce: 65 migrants en procès

    media Le centre de rétention d'Amygdaleza, près d'Athènes, a été le théâtre d'une révolte en août 2013. AFP PHOTO / ANGELOS TZORTZINIS

    En Grèce, le procès de 65 migrants accusés de rébellion et de mise en danger de la vie d'autrui s’est ouvert ce lundi 3 novembre à Athènes. Il y a un peu plus d'un an, une révolte avait éclaté dans le camp de détention pour migrants sans papiers d'Amygdaleza, après l'annonce d'une augmentation de la durée maximale de détention de 12 à 18 mois. Elle avait fait 10 blessés du côté de la police.

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

    Sur les 65 migrants accusés de rébellion et de mise en danger de la vie d’autrui, 25 sont actuellement en détention provisoire. Un dispositif de police important a été déployé pour les transférer au tribunal. Plusieurs associations de protection des droits de l'homme étaient là en soutien. « Ce qu'on veut savoir, c'est si cette façon de traiter les migrants dans les camps de détention continuera ou pas à servir de ligne directrice pour la cour ou pas », explique Michalis Vourekas, un des avocats de la défense, pour qui ce procès est un symbole.

    Le procès a débuté malgré l'absence de traducteurs, une absence soulignée par la défense. Deux policières du camp ont témoigné. Elles ont parlé de feux et de jets de pierres, mais pas de danger pour la vie d'autrui. Un témoignage plutôt positif selon la défense. Mais Javied Aslam, le président de l'association des travailleurs migrants qui a déjà suivi plusieurs procès du même type reste sceptique : « Nous ne faisons pas confiance au gouvernement, car c'est ce gouvernement qui a donné des ordres pour créer ces conditions strictes pour les immigrés. »

    Dans un rapport publié mi-octobre, le Comité anti-torture du Conseil de l'Europe reconnaît les difficultés de la Grèce face à l'arrivée massive de migrants. Mais il dénonce aussi les mauvais traitements infligés dans plusieurs centres, notamment à Amygdaleza.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.