GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Emmanuel Macron estime que son homologue brésilien Jair Bolsonaro a «menti» sur ses engagements en faveur de l'environnement et a annoncé ce vendredi 23 août que dans ces conditions, la France s'opposait au traité de libre échange controversé UE-Mercosur. «Compte tenu de l'attitude du Brésil ces dernières semaines, le président de la République ne peut que constater que le président Bolsonaro lui a menti lors du Sommet (du G20, ndlr) d'Osaka», a déclaré l'Élysée, estimant que «le président Bolsonaro a décidé de ne pas respecter ses engagements climatiques ni de s'engager en matière de biodiversité».

    Dernières infos
    • Syrie: les soldats turcs ne quitteront pas leur poste d'observation indique Ankara
    • Syrie: Poutine et Erdogan se disent d'accord pour «intensifier leurs efforts communs» à Idleb (Kremlin)
    • G7: Boris Johnson continuera de soutenir fortement l'accord nucléaire iranien (sources diplomatiques britanniques)
    • L'Irlande indique vouloir voter contre l'accord Union européenne-Mercosur si le Brésil ne protège pas l'Amazonie
    • Décès d'une Israélienne blessée dans une attaque en Cisjordanie
    • Un accord européen a été trouvé pour répartir les 356 migrants de l'«Ocean Viking»
    • Feux en Amazonie: «une situation d'urgence» qui doit être discutée au G7 (Merkel)
    • Paris: des migrants montent un campement au Parc de la Villette afin de «se rendre visibles», constate un journaliste de l'AFP
    • Poutine promet une «réponse symétrique» à l'essai d'un nouveau missile américain
    • Olivier Faure, premier secrétaire du PS, juge que le rassemblement de la gauche et des écologistes est «impératif» pour 2022
    • Trois Israéliens ont été blessés dans une attaque en Cisjordanie non loin d'une colonie juive (responsables)
    • Un Palestinien qui lançait des grenades vers Israël depuis Gaza a été blessé (responsables)
    • À bord d'«Ocean Viking», en mer depuis 19 jours, les réserves de nourriture s'épuisent (MSF)
    • Syrie: les forces prorégime encerclent un poste d'observation turc non loin d'Idleb (OSDH)
    Europe

    Kosovo: l’UE nomme un juriste français dans l’affaire Eulex

    media A Pristina, un homme passe près d'un graffiti où il est écrit «la honte d'Eulex», le 5 novembre 2014. REUTERS/Hazir Reka

    C'est un juriste français, Jean-Paul Jacqué, qui a été chargé, jeudi 13 novembre, par la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, de mener une enquête indépendante au Kosovo. Il doit faire la lumière sur les accusations de corruption qui touchent Eulex, la mission européenne de justice et de police dans l'ancienne province autonome serbe, à population majoritairement albanaise.

    L'Eulex, qui compte aujourd'hui 1 500 employés, a été mise en place en 2008, quelques mois après que le Kosovo a proclamé son indépendance de la Serbie. Le mandat de l’ONU chargeait cette force de s’occuper des dossiers jugés trop sensibles pour la justice locale.

    Six ans plus tard, un scandale éclate au sein même de la mission européenne de justice et de police. Une magistrate britannique, qui était jusqu'au mois dernier la chef de l'unité en charge des crimes financiers, met en cause le procureur en chef de la mission, la Tchèque Jaroslava Novotna, l'ancien juge d'Eulex, l'Italien Francesco Florit, ainsi que le procureur canadien Jonathan Ratel. Elle les accuse d'avoir accepté des pots-de-vin du milieu kosovar et de hauts responsables politiques de Pristina, pour étouffer des affaires de corruption.

    Ce scandale arrive à un mauvais moment pour le Kosovo, sans gouvernement près de six mois après les élections législatives. Incapable de faire élire un président du Parlement, la formation du Premier ministre sortant Hashim Thaçi, ancien chef de la guérilla, s'accroche quand même au pouvoir, jouant sur les imperfections de la Constitution kosovare.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.