GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: sit-in de 200 réfugiés syriens pour alerter sur leur situation

    media Depuis ce mercredi 19 novembre, 200 réfugiés syriens tiennent un sit-in devant le Parlement grec, à Athnènes. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    Environ 200 réfugiés syriens ont débuté un sit-in en face du Parlement à Athènes ce mercredi 19 novembre. Ils demandent au gouvernement de mettre en place un système d'accueil ou de les laisser partir ailleurs en Europe.

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stievenard

    Cette année, 23 500 sont arrivés en Grèce, c'est deux fois et demie de plus que l'année dernière. Mais en août, seulement un peu moins de 400 d'entre eux avaient demandé l'asile, car sur place, c'est la désillusion.

    « Nous demandons au gouvernement grec de trouver des solutions. » La revendication  est un peu vague, mais elle traduit bien la situation de ces Syriens : ils ne savent plus quoi faire. Shaza, ses quatre enfants et son mari logent dans un hôtel d'Athènes depuis deux mois. Ils ont essayé de quitter illégalement le pays à deux reprises, mais ils sont maintenant bloqués. « Je veux qu'ils nous aident pour sortir d'ici, explique-t-elle. Moi je ne veux pas rentrer en Syrie parce que mon garçon a 17 ans. Si je rentre, l'armée syrienne va le prendre. »

    Six mois pour quitter le pays

    Hazim a 28 ans. Ce commercial se verrait bien rester s'il pouvait trouver du travail. Mais devant la situation actuelle, il ne voit lui aussi qu'une solution. « S'il vous plaît, demande-t-il, donnez-nous des papiers pour partir ailleurs en Europe. On aura plus de chance de trouver un travail, de vivre. Ici, ce n'est pas possible, il n'y a pas de travail, ni aucune aide pour apprendre le grec. »

    C'est bien ce qu'ils reprochent au gouvernement grec. Une fois arrivés en Grèce, les Syriens qui ont fui la guerre, ont six mois pour quitter le pays, sinon ils doivent demander l'asile. Depuis un mois et demi, la procédure est simplifiée pour eux, mais sans soutien matériel, ils se retrouvent facilement à la rue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.