GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Sanctions contre la Russie: Poutine promet une amnistie fiscale

    media Dans son discours aux parlementaires réunis ce jeudi 4 décembre, Vladimir Poutine a notamment promis une amnistie fiscale à ceux qui rapatrieraient leurs capitaux en Russie.d REUTERS/Sergei Karpukhin

    A Moscou, le président Poutine a tenu son traditionnel discours annuel devant les parlementaires des deux chambres réunis. Au cours de cette « adresse à la nation » , il tire le bilan de l’année écoulée et présente les grandes lignes de sa politique. La première partie de l'allocution du président russe a été une justication de la politique étrangère de la Russie avant de s'engager sur le terrain économique.

    avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Le président russe a tout d’abord flatté l’orgueil national en justifiant à nouveau « la réunification historique de la Crimée à la Russie » avec cette analogie : « La Crimée est aussi importante pour la Russie que le mont du Temple pour Jérusalem ». Vladimir Poutine n’a pas évoqué le règlement de la crise dans le Sud-Est de l’Ukraine mais a fustigé le « cynisme de ceux qui soutiennent le coup d’Etat armé à Kiev, et la répression exercée contre ceux qui s’oppose aux atrocités ». La Russie est prête à aider financièrement ce pays à se réformer quand les pays occidentaux ne font que s’en servir pour leur propres intérêts selon le président russe.

    Amnistie fiscale en perspective

    L’Ukraine, pense-t-il, n’a été qu’un prétexte pour imposer des sanctions visant à affaiblir la Russie, y freiner les opportunités économiques croissantes. Mais il n’est pas question que Moscou se laisse dicter sa conduite. « Si la fierté nationale est une notion oubliée depuis longtemps par certains pays européens, la souveraineté nationale reste pour la Russie une condition absoluement essentielle de son existence », a déclaré Vladimir Poutine. C’est sur cette fierté nationale que doit être basé le sursaut économique du pays.

    D'ailleurs selon le président russe, les sanctions qui sont « néfastes pour tout le monde et pas seulement pour celui à qui on les impose ». Mais Vladimir est obligé de prendre en compte la chute du rouble, et la récession qui se profile. Il pratique donc une politique de la carotte et du bâton avec des sanctions contre ceux qui spéculent sur la monnaie, et une amnistie pour ceux qui vont rapatrier leurs capitaux en Russie. Vladimir Poutine promet aussi plus de contrôles sur la productivité pour les grandes entreprises, mais deux ans sans taxe pour les start-up, et aussi davantage de lutte contre la corruption et un plan de développement des régions.

    L’objectif est de remplacer les importations par une production locale . Et d’ici quatre ans, la Russie devrait avoir un taux de croissance supérieur à n’importe quel pays dans le monde. Vladimir Poutine a même promis une augmentation de la durée de vie des Russes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.