GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Tchétchénie: l'Emirat du Caucause revendique un assaut à Grozny

    media L'immeuble de la Maison de la presse à Grozny, capitale de la Tchétchénie en flammes, cette nuit. REUTERS/Arbi Zubairaev

    Des violences ont éclaté dans la nuit de mercredi à jeudi dans Grozny, la capitale de la République de Tchétchénie en Russie. Des affrontements ont opposé forces de l’ordre et rebelles et fait plusieurs morts dans les deux camps d’après les autorités. L'attaque a été revendiquée par le mouvement islamiste l'Emirat du Caucase. 

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Un bâtiment de plusieurs étages en flammes, des forces armées tirant au lance-roquettes, des véhicules blindés dans les rues, des tirs d’armes automatiques, ce sont de véritables scènes de guerre qui ont eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi dans le centre de Grozny.

    Au moins dix membres des forces de l’ordre et autant d’assaillants ont été tués. Le corps d’un civil aurait également été retrouvé sous les décombres du bâtiment incendié où s’était retranché un groupe de rebelles, tandis que d'autres s'étaient réfugiés dans le bâtiment vide d’une école, près d’un marché qui a aussi pris feu. 

    Une attaque revendiquée par le mouvement islamiste l'Emirat du Caucause

    Les assaillants étaient entrés en fin de nuit dans la ville, mais ils ont été interceptés par la police routière, ce qui a peut-être modifié leur plan. Il aura fallu toute une matinée pour que les forces de l’ordre neutralisent les terroristes, dont certains auraient réussi à prendre la fuite. D'après les autorité, les rebelles envisageaient de mener une action terroriste majeure.

    En dépit des déclarations du président tchétchène Ramzam Kadyrov pour qui les assaillants ne peuvent être des Tchétchènes, plusieurs assaillants au moins seraient bien originaire de cette république du Caucase.

    Les rebelles du mouvement islamiste l'Emirat du Caucause ont revendiqué les attaques sur le site spécialisé Kavkaz Center. Ils affirment agir sous les ordres de leur nouveau dirigeant, le cheikh Ali Abou Mouhammad.

    Cette attaque est la plus meurtrière depuis celle contre le parlement de Grozny en 2010. Et en octobre dernier, cinq policiers ont été tués à Grozny alors qu'ils empêchaient un jeune kamikaze d'attaquer une salle de concerts où avait lieu une fête locale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.