GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Répression du mouvement de Gezi en Turquie: le procès des supporters

    media Le procès de 35 partisans du club de Besiktas a provoqué l'union sacrée chez les supporters turcs, venus en masse au procès à Istanbul, ce 16 décembre 2014.. REUTERS/Murad Sezer

    C’est un des procès emblématiques des grandes manifestations de juin 2013 pour la défense du parc de Gezi, qui s’est ouvert ce mardi 16 décembre à Istanbul. 35 membres d’un groupe de supporters du club de Besiktas devaient répondre de l’accusation de tentative de renversement du gouvernement, et risquent tout de même une peine de prison à perpétuité. Un procès qui suscite l’indignation et une forte mobilisation. L’audience a été reportée au 2 avril.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme bastion

    Comme à Gezi, il n’y avait pas seulement les partisans de Besiktas et leur célèbre groupe Çarsi pour soutenir les accusés et faire le spectacle devant le Palais de justice, mais aussi ceux de Galatasaray et Fenerbahçe, leurs grands rivaux, et des supporters d’une dizaine de clubs du reste du pays.

    Les charges retenues contre les animateurs du groupe Çarsi, connu pour être le plus démonstratif du pays, ont pourtant de quoi surprendre. « Avez-vous tenté d’envahir le bureau du Premier ministre ? », leur a demandé le procureur. « Nous avons juste, comme c’est notre droit constitutionnel, rejoint les manifestants qui se trouvaient dans cette rue », ont-ils répondu.

    Accusation incongrue

    La colère du Premier ministre de l’époque, Recep Tayyip Erdogan [devenu président depuis, ndlr], à l’égard des membres de Çarsi tient à sa peur de ce que la popularité de cette puissante organisation ne décuple la mobilisation autour des contestataires de Gezi, jusque là très peu et mal organisés.

    D’où l’accusation, plutôt incongrue, de vouloir influencer les médias pour faire croire à une révolte de type printemps arabe, et donc de chercher à renverser le gouvernement. « Si nous avions les moyens de fomenter un coup d’Etat, nous aurions d’abord fait gagner le championnat à Besiktas ! », rétorque un des membres de Çarsi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.