GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Deux personnes sont décédées dans l'écroulement de leur habitation à Pescara del Tronto, commune qui dépend d'Arquata, dans la région des Marches, voisine de la région frappée par ce tremblement de terre, selon les carabiniers de cette commune cités par la chaîne de télévision publique RAI. Il s'agirait d'un couple de personnes âgées. «Quatre personnes sont sous les décombres, mais elles ne montrent aucun signe de vie. Deux parents et deux enfants», a par ailleurs déclaré le maire de la ville d'Accumoli, Stefano Petrucci, à la RAI.

    Dernières infos
    Europe

    Gallipoli: le capitaine du Blue Sky M raconte son périple

    media Le Blue Sky M, avec à son bord près de 800 candidats à l'immigration, à son arrivée au port italien de Gallipoli le 31 décembre dernier. Reuters

    Il s’appelle Sarkas Rani, il a 36 ans et c'est lui qui était le capitaine de Blue Sky M, ce cargo récupéré par la marine italienne qui transportait près de 800 migrants clandestins syriens. Arrêté le 31 décembre à Gllipoli puis interrogé par la police, la presse italienne revient aujourd’hui sur son histoire et son périple sur la base de l’interrogatoire qu’il a subi. Pourquoi a-t-il accepté, que lui offrait-on ?

    « Ils m’ont promis 15.000 dollars et la possibilité de faire venir toute ma famille ». C’est en arrivant en Turquie que Sarkas Rani, Syrien jusqu’alors réfugié au Liban, est contacté par une connaissance qui savait qu’il était capitaine. Après une rencontre à Istanbul, les deux hommes font affaire.

    Sarkas Rani embarque ensuite avec trois autres hommes sur le Blue Sky M, un navire battant pavillon moldave, direction le port de Mersin, à quelques kilomètres de la frontière avec la Syrie. Après quatre jours d’attente, le 25 décembre, alors que près de 800 personnes sont désormais à bord, il met le cap sur l’Italie, sans que les autorités turques n’aient procédé à la moindre vérification.

    Route à barre bloquée

    « J’ai personnellement tracé la route jusqu’à l’Italie », affirme-t-il avant d’expliquer avoir contacté les autorités maritimes grecques en cours de route pour obtenir l’autorisation de s’abriter dans une baie à cause des mauvaises conditions météorologiques. Une autorisation qu’il obtient sans la moindre vérification. Après cet arrêt, le navire repart.

    Ensuite, Sarkas Rani prend la décision de s’enfermer dans la cale après avoir bloqué la barre et le moteur du bateau qui file alors à 6 nœuds tout droit sur la côté italienne.
    L’arrivée à bord des garde-côtes italiens permettra d’éviter le pire. A seulement 9 kilomètres de la côté ils parviennent à reprendre le contrôle du Blue Sky M et le conduire dans le port de Gallipoli.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.