GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Réunion d'Astana sur l'Ukraine: les conditions de Paris et Berlin

    media Le président Petro Porochenko lors d'une cérémonie de remise d'équipement matériel et des avions à l'armée, Jytomyr, ville de l'Ukraine occidentale, le 5 janvier 2015. REUTERS/Valentyn Ogirenko

    Une réunion internationale sur le conflit en Ukraine devrait avoir lieu le 15 janvier à Astana, au Kazakhstan. Le président ukrainien Petro Porochenko y a invité, dès le 29 décembre, ses homologues russe et français, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel. Mais Paris et Berlin viennent d'émettre des doutes sur l'utilité d'une telle rencontre.

    Iront-ils à Astana pour contribuer à la recherche d'une solution au conflit en Ukraine ? En principe oui, mais à la fois Angela Merkel et François Hollande posent des conditions.

    Lors de son intervention sur France Inter ce lundi matin, le président français a  déclaré : « Je vais à Astana le 15 janvier à une condition, c'est qu'il puisse y avoir de nouveaux progrès. Si c'est pour se réunir, se parler, sans qu'il y ait des avancées, ce n'est pas la peine. Mais je pense qu'il y en aura », a-t-il conclu avec un brin d'optimisme, tout en soulignant que les sanctions pesant sur Moscou devront être levées s'il y a des progrès.

    Berlin exprime également des conditions. « Une telle réunion n'a de sens que si nous pouvons faire de réels progrès », a dit le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, tout en précisant : « nous avons une idée très claire de ce qui constitue de réels progrès: il s'agirait d'abord et avant tout de parvenir à la mise en oeuvre complète de l'accord de paix de Minsk et d'un cessez-le-feu véritable et durable, d'une ligne de contact entre les zones contrôlées par l'Ukraine et par les rebelles et d'un retrait des armes lourdes ».

    Conclu le 5 septembre dernier,  l'accord de paix de Minsk était censé mettre fin aux affrontements entre l'armée ukrainienne et les séparatistes, qui ont fait 5 000 morts depuis avril. Mais il y a peu de progrès sur le terrain et des combats meurtriers ont eu lieu à plusieurs reprises.

    Paris et Berlin insistent donc sur la mise en place d'un cessez-le-feu véritable et durable, et sur le retrait des armes lourdes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.