GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Pour Merkel, il est trop tôt pour lever les sanctions contre la Russie

    media Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk et la chancelière allemande Angela Merkel le 8 janvier 2015 à Berlin. REUTERS/Hannibal Hanschke

    « Pas de levée des sanctions contre Moscou sans le respect du plan de paix en Ukraine », a déclaré jeudi la chancelière allemande Angela Merkel en recevant à Berlin le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk.

    Arseni Iatseniouk était inquiet et la chancelière Angela Merkel l'a rassuré. « Je pense qu'avant de pouvoir décréter la levée des sanctions contre la Russie, nous devons nous assurer que les accords de Minsk ont été appliqués dans leur intégralité », a déclaré la chancelière dans une conférence de presse commune avec le Premier ministre ukrainien.

    Ce dernier était inquiet car plusieurs personnalités européennes ont fait état de leur espoir de voir les conditions réunies pour une levée des sanctions contre Moscou. La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a fait état de « signes limités, mais positifs du côté russe ces dernières semaines » et le ministre letton des Affaires étrangères Edgars Rinkevics, dont le pays assure la présidence semestrielle de l'Union européenne, a dit que la Russie semblait plus « ouverte » à une solution négociée du conflit en Ukraine.

    Edgars Rinkievics doit se rendre ce week-end à Kiev, puis à Moscou, et Federica Mogherini a parlé de moment « crucial ». Une rencontre prévue en principe à Astana, au Kazakhstan, le 15 janvier, entre le président ukrainien Petro Porochenko, Vladimir Poutine et François Hollande, ainsi que la chancelière Angela Merkel, pourrait avoir lieu. Berlin et Paris y sont favorables, mais à condition d'y voir acter des avancées significatives.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.