GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
    • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
    • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney
    • Donald Trump renonce à accueillir le G7 2020 dans son golf en Floride
    Europe

    «The Cut», le génocide arménien filmé par Fatih Akin

    media Scène du film The Cut, de Fatih Akin. Gordon Muehle Bombero International

    Un film sur le génocide arménien sort ce mercredi 13 janvier en France. Un film réalisé par un cinéaste allemand d’origine turque. Dans «The Cut» (La Blessure), Fatih Akin, figure de proue du cinéma allemand et fils d’immigrés turcs, raconte le destin d’un jeune Arménien, Nazaret, joué par le Français Tahar Rahim, dont la vie va être bouleversée par le génocide arménien.

    Huit ans, c’est le temps qu’il a fallu à Fatih Akin pour faire aboutir son projet sur le génocide arménien. Un sujet tabou en Turquie, pour lequel le cinéaste a dû affronter de multiples obstacles : entre autres, suite aux menaces des ultra-nationalistes, l’impossibilité de trouver un acteur turc pour jouer le personnage principal du film. C’est donc le Français Tahar Rahim qui incarne Nazaret Manoogian, un jeune forgeron, laissé pour mort par l’armée turque en 1915. Lorsqu’il rentre chez lui, il découvre que sa famille a été massacrée, à l’exception de ses deux filles.

    The Cut est une ode à la souffrance du peuple arménien. Une fresque à l’ancienne, très mélodramatique, avec des dialogues et des effets de style appuyés. En Turquie, le film de Fatih Akin a pu être programmé en septembre dans 24 cinémas de villes universitaires. Une sortie limitée, car plusieurs exploitants de salles ont refusé de le montrer. Et même si, après la projection, une partie du public a demandé au réalisateur qui l'avait payé pour faire ce film, d'autres spectateurs l'ont soutenu, ainsi que plusieurs réalisateurs turcs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.