GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Royaume-Uni: polémique autour d'une lettre du gouvernement aux imams

    media Le Premier ministre david Cameron (ici le 15 septembre 2014), a dû soutenir son ministre des Communautés, pour une lettre adressée aux imams du Royaume-Uni. REUTERS/Dylan Martinez/Files

    Le Premier ministre britannique David Cameron a dû défendre ce lundi 19 janvier une lettre du gouvernement envoyée aux imams leur demandant de faire plus pour lutter contre les extrémistes et empêcher la radicalisation parmi les jeunes musulmans. Le document a provoqué la colère de certains représentants musulmans qui ont critiqué son ton condescendant.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Dans cette lettre envoyée à plus d’un millier de mosquées après les attaques à Paris, Eric Pickles, le ministre des Communautés insiste sur le fait que le gouvernement ne peut pas lutter seul contre l’idéologie jihadiste. Il estime que les imams doivent plus que jamais « expliquer et prouver que la foi en l’islam peut faire partie de l’identité britannique ».

    Mais ce message qui se voulait rassembleur s’est immédiatement retourné contre son auteur : certaines organisations musulmanes, et notamment le Conseil musulman de Grande Bretagne, ont accusé le gouvernement de nourrir le discours islamophobe en insinuant que les musulmans sont exclus de la société britannique et ne se mobilisent pas assez pour lutter contre l’extrémisme.

    Une lettre « raisonnable et modérée »

    David Cameron a dû voler au secours de son ministre : le chef du gouvernement a estimé que cette lettre était « raisonnable et modérée » et que tous les Britanniques se devaient d’essayer d’affronter le problème de la radicalisation. Il a en cela reçu le soutien d’autres personnalités musulmanes comme Haras Rafiq de la fondation Quilliam contre l’extrémisme.

    Pour lui, la communauté musulmane britannique doit accepter le fait que certains imams prêchent la haine dans certaines mosquées ou sur des sites internet et plutôt que de se montrer sur la défensive ces leaders doivent activement contrer cette idéologie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.