GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Aujourd'hui
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: l'UE va rajouter des noms à sa liste noire

    media Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'UE, à Bruxelles, le 29 janvier 2015. REUTERS/Francois Lenoir

    Les 28 ministres européens des Affaires étrangères ont tenu ce jeudi à Bruxelles une réunion extraordinaire suscitée par les bombardements de civils à Marioupol, en Ukraine, samedi dernier. Ils ont pris de nouvelles sanctions contre la Russie. Le but des Européens est comme toujours de se montrer fermes tout en continuant à pousser pour un plan de paix et revenir aux accords de Minsk en septembre dernier.

    Avec notre bureau à Bruxelles

    Les 28 ont en quelque sorte décidé de sanctions a minima car pour ce qui est de nouvelles sanctions économiques comme celles initiées en août pour la première fois contre la Russie, le principe en a été écarté quasiment par tous. Seuls les partisans de la ligne dure vis-à-vis du Kremlin les auraient soutenues.

    On peut compter parmi eux le président du Conseil européen Donald Tusk qui demande aux 28 de fonder leur politique sur des faits et non sur des illusions. Il y a aussi entre autres la Pologne, la Lituanie ou la Lettonie qui occupe la présidence tournante de l’UE et qui est à l’origine de cette réunion.

    En revanche, certains pays comme l’Autriche, la République tchèque et la Slovaquie se sont montrés sceptiques quant à l’utilité des sanctions et de son côté, le nouveau gouvernement grec les a quasiment condamnées par avance, préférant « œuvrer à empêcher la fracture entre UE et Russie ».

    Il s’agit donc de sanctions qui ressortent de l’arsenal classique des Européens, à savoir le gel des avoirs détenus en Europe et l’interdiction de visa. De nouveaux noms de Russes et de séparatistes ukrainiens devront être ajoutés à la liste existante et l’échéance de celle-ci sera repoussée jusqu’à septembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.