GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Aujourd'hui
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Ukraine-Russie: une affaire de haute trahison qui en dit long

    media Des militaires russes stationnés dans la région de Rostov, le 15 août 2014. REUTERS/Maxim Shemetov

    Une mère russe de sept enfants, accusée de haute trahison, risque 20 ans de prison pour avoir divulgué des informations à l'Ukraine sur le mouvement des troupes russes dans sa région. Svetlana Davidova, 36 ans, pacifiste convaincue, a été arrêtée la semaine dernière chez elle par un groupe d'hommes en uniformes noirs, à 240 kilomètres à l'ouest de Moscou.

    Avec notre correspondante à Moscou,

    Svetlana Davidova a été placée en détention préventive à la prison moscovite de Lefortovo. Cette mère de famille est accusée de haute trahison pour avoir appelé l'ambassade d'Ukraine et lui avoir transmis des informations. Svetlana Davidova a été arrêtée le 21 janvier dernier à son domicile, à 300 km de Moscou.

    C’est une dame de 36 ans, mère de sept enfants, sans doute un peu bruyants puisque son mari raconte que lorsqu’il a vu la police à sa porte, il a pensé que les voisins s’étaient plaints. Mais derrière le policier local, il y avait un enquêteur du FSB, les services de renseignement russes. Il a arrêté Mme Davidova pour haute trahison, l'a fait transférer à la prison de haute sécurité de Lefortovo de Moscou, et a fouillé la maison.

    Svetlana Davidova, pacifiste convaincue

    D’après son mari, Madame Davidova, est une pacifiste, opposée au conflit en Ukraine. En avril 2014, elle aurait appelé l'ambassade d'Ukraine pour prévenir que la base militaire de Viazma, à côté de chez elle, était vide, ses soldats ayant été déployés, selon elle, en Ukraine. Le mari, interrogé par une radio locale, relate :

    « Elle avait simplement entendu un militaire parler au téléphone dans un transport en commun. Et comme elle était contre la guerre avec l’Ukraine, elle a transmis des informations à l’ambassade ukrainienne. Svetala n’a rien pu dire de secret, puisque les forces russes ne participent pas officiellement au conflit. Simplement, c’était un geste émotionnel, de pitié ; elle ne voulait pas porter préjudice à la Russie. »

    Une défense à peaufiner

    L'avocat commis d’office à la défense de cette mère de famille ne défend pas vraiment sa cliente, c’est le moins que l’on puisse dire. « Les accusations ne sont pas complètement infondées, dit-il, il y a des informations que l‘enquête va étudier, et nous attendons l’avis des spécialistes en matière de secret défense. »

    Madame Davidova risque 20 ans de prison, et d’après son mari, les enquêteurs auraient menacé de leur retirer leurs sept enfants si lui-même ne coopère pas. Les membres du conseil présidentiel pour les droits de l’homme et certains députés ont décidé d’adresser une demande d’explications au parquet général et au FSB.

    La sécurité de l'Etat en jeu ?

    Une avocate spécialisée dans le ce type d’affaires explique que la haute trahison concerne la transmission d’informations dont la divulgation menacerait la sécurité de l’Etat. Si tel est le cas dans cette affaire, cela signifie qu’il y a effectivement des soldats russes en Ukraine, ou que la Russie est en guerre avec l’Ukraine.

    Le député Dmitri Goudkov s’étonne donc que l’on juge quelqu’un pour des informations qui, d’après le ministère de la Défense, ne sont que des fantaisies de journalistes ukrainiens. Et il ajoute qu’il faut alors accuser de haute trahison tous ceux qui évoquent la présence de militaires russes ou d’armes russes en Ukraine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.