GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle-Zélande: éruption d'un volcan très fréquenté par les touristes
    Europe

    Ukraine: regain de tension à Debaltseve après les accords de Minsk

    media Les soldats ukrainiens, le 12 février 2015, près de Debaltseve, dans l'est de l'Ukraine, où les combats avec les rebelles se sont intensifiés. REUTERS/Gleb Garanich

    L’accord de Minsk reprend en grande partie le protocole signé en septembre qui avait très vite été bafoué. L'accord sera-t-il vraiment appliqué cette fois ci ? Le président ukrainien l'avoue, il ne s'attend pas à une mise en œuvre facile. Sur le terrain, dans l'est de l'Ukraine, la situation est toujours très tendue.

    Les combats sont particulièrement acharnés autour de la ville stratégique de Debaltseve. Le séparatistes affirment qu’environ six à huit mille soldats ukrainiens y sont encerclés. Le président russe Vladimir Poutine a réclamé tout à fait ouvertement qu’ils déposent les armes avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

    Toutefois, selon Kiev, « il n’y a pas de troupes ukrainiennes encerclées à Debaltseve ». En revanche, selon un porte-parole militaire ukrainien, les séparatistes font converger des armes lourdes vers la ville. Une cinquantaine de chars, 40 lance-roquettes et autant de blindés auraient traversé la frontière russo-ukrainienne pendant le sommet de Minsk.

    Or, Debaltseve fait partie de la zone tampon établie par l’accord signé par l’Ukraine et les forces pro-russes, d’où les armes lourdes doivent être retirées. Les mouvements des troupes sur le terrain ressemblent beaucoup à une course contre la montre pour arriver à contrôler le plus vaste territoire possible avant la mise en œuvre effective du cessez-le-feu.

    Le président du Conseil européen Donald Tusk a prévenu : l'UE « n'hésitera pas à prendre mesures » si le cessez-le-feu n'est pas appliqué, a-t-il affirmé ce jeudi soir. Une mise en garde qui fait écho à celle de la chancelière allemande Angela Merkel qui a dit ne pas exclure d'autres sanctions en cas de problème de mise en œuvre de cessez-le-feu en Ukraine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.