GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: indignation générale après le nouveau meurtre d'une femme

    media Manifestation à Istanbul contre les violences faites aux femmes, le 14 février 2015. AFP PHOTO / OZAN KOSE

    En Turquie, l’émotion est très vive depuis qu’une étudiante a été retrouvée morte deux jours après avoir disparu alors qu’elle rentrait chez elle en bus, dans la ville méditerranéenne de Mersin. Trois suspects, qui ont confirmé son viol, ont été arrêtés. L’assassinat de cette jeune fille de 20 ans suscite une indignation sans précédent dans ce pays où ce genre de drame est loin d’être isolé.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Elles égrènent les noms de ces victimes dont la chronique ne parvient pas à retenir le nombre exact, mais qui toujours ont été exécutées de la plus horrible manière. Les femmes rassemblées à Kadiköy ce samedi soir, parmi d’autres manifestations tenues à Istanbul et un peu partout dans le pays, sont nombreuses et déterminées. Yagmur, 29 ans, fait partie du collectif qui se bat contre les violences faites aux femmes : « Chaque jour dans ce pays, on tue entre trois et cinq femmes, alors on est ici pour s’opposer aux violences que les hommes infligent aux femmes, et pour que les crimes contre les femmes soient vraiment punis. »

    Difficile d’expliquer pourquoi, ces dernières années, il y a eu une telle multiplication de ces faits divers tragiques, mais pour Yagmur, les responsables sont clairement identifiés : « Ceux qui ne font pas leur travail sont les tribunaux, qui ne condamnent pas les criminels, et l’Etat, qui protège les tribunaux. Car c’est la politique sexiste de ce gouvernement qui fait monter les statistiques. »

    Deux ministres ont tenté de se montrer solidaires, mais l’un pour dire que toutes les précautions ne pourraient prévenir de tels actes de déséquilibrés, et l’autre pour proposer de rétablir la peine de mort pour les punir. En attendant, sur internet - comme dans la rue - l’indignation a laissé place à la colère, et une pétition exigeant des mesures fortes a recueilli plus de 300 000 signatures en moins de 24 heures, du jamais vu dans ce pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.