GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: une trêve déjà très fragile

    media Des blindés ukrainiens circulant le 14 février autour de Debaltseve. Reuters

    Le cessez-le-feu est entré en vigueur dans la nuit de samedi à dimanche dans l’est de l’Ukraine, mais les tirs d’artillerie ont continué tout dimanche et se sont poursuivis ce matin, essentiellement autour de la ville de Debaltseve. Les deux parties refusent de retirer leurs armes lourdes tant que les tirs ne cesseront pas. L'angoisse de voir reprendre les combats remonte.

    Avec notre envoyé spécial dans la région, Régis Genté

    Les séparatistes pro-russes semblent prêts à prendre le risque de faire échouer la paix dans le Donbass. Il faut dire que la région de Debaltseve est très stratégique pour eux parce qu’elle représente une avancée dans leur territoire, mais aussi parce que c’est un nœud ferroviaire important.

    Les propos des dirigeants autoproclamés du Donbass sont clairs. Alexandre Zakhartchenko, le chef de la « République populaire de Donetsk », affirme par exemple : « Il n'y a pas un mot sur Debaltseve dans les accords de Minsk ». Autrement dit, il se donne le droit d’attaquer Debaltseve en interprétant à sa guise le texte des accords de Minsk.

    Guerre psychologique

    A la suite de Moscou, les séparatistes ont affirmé que les tentatives de sorties de la poche de Debaltseve des 6 000 à 8 000 soldats ukrainiens qui y sont encerclés seraient considérées comme une violation du cessez-le-feu. Une sorte de guerre psychologique : c’est une façon de faire peur aux soldats ukrainiens. De les pousser à se rendre sans combattre.

    Mais il y a sans doute une autre dimension, propre à cette guerre : la Russie, sans qui ce séparatisme n’aurait pas été possible, tente d’apparaître le moins possible dans le conflit. Elle se camoufle. Et s’accaparer des armes appartenant aux milliers de soldats ukrainiens qui se trouvent dans la poche de Debaltseve, c’est une façon d’armer les séparatistes sans que l’on puisse accuser la Russie de leur livrer des armes. Et cela coûte moins cher en outre.

    Selon Kiev, au moins cinq soldats ukrainiens sont morts dans l'est du pays depuis le commencement de la trêve. Près de Marioupol, « la trêve n'a été violée que dans le village de Chirokiné », où les soldats ont été tués après subi des « tirs de chars », a indiqué Dmytro Tchaly, porte-parole de l'armée ukrainienne. Au total, Kiev aurait subi « 112 attaques en 24 heures ». Mais la population qui vit aux alentours de Debaltseve accuse le côté ukrainien de bombarder, lui aussi, les positions des rebelles, touchant parfois des quartiers résidentiels.

    Mais l'armée ukrainienne et les rebelles pro-russes ne se content pas seulement de s'accuser mutuellement de violer ce très fragile cessez-le-feu. Les deux camps refusent l'un comme l'autre de retirer leurs armes lourdes de la ligne de front, et ce, tant qu'il n'y aura pas un arrêt total des tirs.

    Des soldats de l'armée ukrainienne dans les environs de Debaltseve, le 15 février 2015. REUTERS/Gleb Garanich


    En Ukraine, l'échange des prisonniers devrait bientôt commencer

    Le cessez-le-feu entré en vigueur donne théoriquement un coup d'envoi au processus de paix dans l'est séparatiste ukrainien. Parmi les conditions négociées, l'échange des prisonniers entre les forces de Kiev et les combattants autonomistes.

    Avec notre correspondant à Moscou, Etienne Bouche

    Selon les nouveaux accords de Minsk, les deux parties du conflit s'engagent à livrer leurs prisonniers sur le principe du « tous contre tous ». Maintenant que le cessez-le-feu est entré en vigueur et globalement observé, cet engagement doit en théorie pouvoir se concrétiser. Le porte-parole militaire Andriï Lyssenko a déclaré que les forces ukrainiennes étaient prêtes à effectuer cet échange : « Nous attendons que l'ennemi observe les accords qu'il a signés ».

    Un peu plus tard, c'est l'un des responsables séparatistes, Denis Pouchiline, qui s'est exprimé. « Le travail relatif à l'échange des prisonniers se poursuit. Nous travaillons sur les listes et mettons au point les détails ». A Minsk, les listes de prisonniers présentées par chaque camp ne coïncidaient pas.

    Un cas particulier retient l'attention de Kiev, celui de Nadia Savtchenko, cette pilote de l'armée ukrainienne détenue, elle, en Russie. Elle est accusée de « meurtre prémédité » de deux journalistes russes. Selon le Kremlin, Savtchenko « n'est ni une prisonnière, ni un otage » : « Sa culpabilité ou son innocence sera établie par l'institution judiciaire ». Sa détention a été prolongée jusqu'au 13 mai 2015.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.