GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Ukraine: nouvelles sanctions de l’UE, «incohérentes» pour la Russie

    media Selon le président du Conseil européen Donald Tusk, l'Europe a une confiance limitée dans la bonne volonté de Vladimir Poutine. REUTERS/Francois Lenoir

    Dans le Journal officiel de l’Union européenne est parue ce lundi 16 février une liste de personnes frappées par un nouveau train de sanctions à l’encontre de Russes et de séparatistes pro-russes d’Ukraine orientale. Des sanctions qui surviennent au lendemain de la première journée de cessez-feu et qui ont immédiatement été dénoncées comme absurdes par la Russie.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Sur la liste figurent de nombreux prétendus ministres des républiques autoproclamées de Lougansk ou Donetsk, ainsi que des commandants de milices pro-russes. Au total, 151 personnes sont désormais sous le coup de sanctions européennes ainsi que 37 entités. En effet, ce nouveau train de sanctions touche également neuf unités paramilitaires, et notamment la garde nationale cosaque, le bataillon de la Mort, la brigade Prizrak et le bataillon Sparte.

    Pour le ministère russe des Affaires étrangères, ces nouvelles sanctions européennes sont « incohérentes et illogiques » et la Russie accuse l’UE « d’introduire de nouvelles restrictions antirusses à chaque fois qu’il y a un espoir de régler la crise ukrainienne ». Parmi les 19 personnes interdites depuis ce lundi de visa pour l’UE et dont les avoirs en Europe sont gelés, figurent cinq russes accusés de soutenir les séparatistes ukrainiens, voire le déploiement de troupes. Parmi eux, deux vice-ministres de la Défense, un chef d’état-major et deux députés de la Douma.

    Malgré la signature des accords de Minsk jeudi, le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, avait affirmé que l’Europe avait une confiance limitée dans la bonne volonté de Vladimir Poutine. Les Européens ont donc décidé d’appliquer ces sanctions dont le principe avait été décidé après la mort de 30 civils il y a deux semaines dans les bombardements de Marioupol. Le but est de maintenir la pression de manière à pousser la Russie à mettre en œuvre les accords.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.