GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Prokopis Pavlopoulos, le nouveau président grec

    media Le nouveau président grec Prokopis Pavlopoulos dans son bureau à Athènes, le 18 février 2015. AFP PHOTO / PANTELIS SAITAS

    La Grèce a un nouveau président. Il s'agit du conservateur Prokopis Pavlopoulos, avocat de métier et ancien ministre de l'Intérieur. Il a été élu à une très large majorité de 180 voix sur 300 au Parlement d'Athènes mercredi soir 18 février. En décembre, c'était précisément l'échec de l'élection du président par le Parlement qui avait conduit à sa dissolution et donc à la chute du gouvernement. Cette fois-ci, tout s'est passé sans remous, alors que la Grèce est en pleine négociations avec ses créanciers sur la prolongation de son plan d'aide. La gauche radicale a donc choisi le candidat du rassemblement.

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

    Le nouveau président grec Prokopis Pavlopoulos est un point lourd de la Nouvelle démocratie, le parti conservateur. Ce professeur de droit formé en France a été ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Kostas Caramanlis de 2004 à 2009. Il sera vivement critiqué lors de la mort d'un jeune tué par un policier pendant une manifestation fin 2008. Des émeutes avaient alors embrasé la capitale pendant plusieurs jours.

    Mais dans l'ensemble, Prokopis Pavlopoulos est plutôt considéré comme modéré. Il entretient de bonnes relations avec tous les niveaux de la politique grecque. Il appartient donc complètement à l'ancien système des partis, tant critiqué par Syriza.

    Alors que des noms de personnalités de gauche étaient aussi dans les tiroirs, le Premier ministre a choisi un candidat facile à élire. Alexis Tsipras doit se concentrer sur les négociations avec les créanciers de la Grèce, il poursuit donc dans la voie du pragmatisme. C'était déjà le cas avec le choix du partenaire de coalition, les souverainistes des Grecs indépendants, un parti classé à droite de la Nouvelle démocratie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.