GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: entre tensions sur le terrain et négociations politiques

    media Le président ukrainien Petro Prochenko (G) et Johannes Hahn, commissaire chargé de la Politique européenne de voisinage et des Négociations d'élargissement, le 19 février 2015 à Kiev en Ukraine. REUTERS/Valentyn Ogirenko

    Dans l’est de l’Ukraine, la tension reste vive entre les pro-russes et les forces ukrainiennes. Mercredi soir, le président ukrainien Petro Porochenko a réclamé l'envoi d'une mission policière de l'Union européenne sous mandat de l'ONU dans la zone est du pays. Les Européens tentent de trouver une position commune à adopter pour permettre une sortie du conflit ukrainien.

    Malgré la prise de Debaltseve par les rebelles et les tensions encore très vives sur le terrain, les quatre du format Normandie ont appelé à poursuivre la mise en œuvre des accords qu’ils ont négocié à Minsk. Le président ukrainien a demandé que l'Union européenne déploie, sous mandat de l'ONU, une mission de police chargée de veiller au respect du cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine. Mais pour l’instant, sa demande n’a reçu aucune réponse.

    Le retrait des armes lourdes, prévu par l'accord de Minsk, ne pourra se faire que lorsqu'un cessez-le-feu « général » sera respecté et constaté par les observateurs de l'OSCE, avertit Petro Porochenko qui a demandé par ailleurs la libération de tous les Ukrainiens faits prisonniers, y compris ceux capturés à Debaltseve.

    Les Européens ne veulent pas laisser les forces armées ukrainiennes s'effondrer, mais les Britanniques par exemple considèrent que l’aide militaire à l’Ukraine n'est pas du ressort de l'Union européenne ou de l'Otan, mais bien des gouvernements nationaux. Pour les Espagnols, avant de parler d’aide militaire à l’Ukraine, l’Union européenne doit d’abord déterminer si la Russie est un partenaire ou un adversaire stratégique.


    Dans l’est de l’Ukraine, le cessez-le-feu n’est toujours pas respecté

    Avec notre envoyé spécial à Vouglegirsk, Régis Genté

    Dans l’est de l’Ukraine, les armes ne se sont pas tues malgré le cessez-le-feu décrété dimanche. Ira, 23 ans, commande le petit bataillon d’artillerie de rebelles pro-russes opérant dans les environs de Vouglegirsk, à une quinzaine de kilomètres de Debaltseve. En ce jeudi après-midi, au milieu d’un champ balayé par un vent glacial, elle ajuste les tirs, pendant que quatre ou cinq hommes, des volontaires originaires du Donbass en l’occurrence, préparent et enfournent les obus de chacun des six canons de la batterie qu’elle dirige.

    De cessez-le-feu autour de la poche de Debaltseve, il n’y a donc toujours pas. Ira dit qu’elle fait tirer là où sa hiérarchie le lui demande. Le commandement militaire de la République populaire de Donetsk, pro-russe, affirmait ce jeudi que des groupes ukrainiens demeurent présents dans la ville 24 heures après sa prise. Ce que confirme l’armée ukrainienne, qui admet que 10% de ses troupes stationnées à Debaltseve et ses alentours n’en sont pas encore revenu. Sans doute s'agit-il d'unités qui n'ont pas pu s'en extraire. Il ne s'agit très vraisemblablement pas de résistance, et encore moins d'une tentative de reconquête. Côté pro-russe, l’heure n’est donc plus à l’offensive, assure-t-on, mais au nettoyage et à la prise de possession d’une « poche » considérée comme hautement stratégique.

    Le cessez-le-feu n'est pas non plus respecté en d'autres endroits du Donbass, y compris à Donetsk même, la grande ville de la région. Pendant toute la soirée de jeudi, et pendant une partie de la nuit, des détonations fortes se sont faites entendre. De nombreux tirs ont en effet été échangés ce jeudi au nord de Donetsk, notamment du côté de l'aéroport et de la ville industrielle d'Avdiivka. On échange également des tirs d'obus au bord de la mer d'Azov, dans le village de Chirokine, non loin du port de Marioupol, toujours tenu par les forces ukrainiennes. S'agit-il seulement de consolider les frontières d'un territoire tout récemment conquis ? Ou est-ce au contraire le signe d'une volonté de conquérir d’autres morceaux du Donbass. C'est l’une des questions qui se posent pour l'instant.

    Les tanks des indépendantistes sur la route entre Vouglegirsk et Debaltseve dans l'est de l'Ukraine, le 18 février. REUTERS/Baz Ratner

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.