GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Incertitude sur l'effectivité du cessez-le-feu dans l'est ukrainien

    media L'usine Ilyich de Marioupol, cible affichée des forces séparatistes pro-russes et russes. REUTERS/Gleb Garanich

    Dans l’est de l’Ukraine, le cessez-le-feu semblait toujours tenir jusqu'à ce vendredi 27 février au matin. Kiev avait donc commencé à retirer ses armes lourdes du front, les forces loyalistes et séparatistes ayant deux semaines selon l’accord trouvé le 12 février pour retirer troupes et armes. Mais ce vendredi, l'armée ukrainienne annonce avoir perdu trois soldats supplémentaires en 24 heures.

    La trêve semblait tenir sur le terrain. L'armée ukrainienne n'avait déploré aucun mort au cours des deux précédents jours, laissant espérer un véritable respect du cessez-le-feu. Mais trois soldats ukrainiens auraient été tués en 24 heures dans l’est séparatiste pro-russe, selon un porte-parole militaire de Kiev.

    La veille, l'état-major avait pourtant annoncé que le retrait des canons de 100 millimètres avait commencé de son côté. Cette première étape devait prendre deux jours et être suivie du retrait des lance-roquettes multiples Grad et autres pièces lourdes, d'après un porte-parole militaire ukrainien cité par l'Agence France-Presse.

    Jusqu'à l'annonce de l'armée ukrainienne, les deux parties semblaient donc entamer le retrait de leurs armes lourdes de la ligne de démarcation, puisque les séparatistes avaient affirmé mercredi qu’ils avaient commencé à retirer les leurs à Donetsk - même si les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) n’ont pas pu le confirmer puisque les rebelles, expliquent-ils, restreignent leurs mouvements et ne leur fournissent que peu d’informations.

    Doute persistant autour de Marioupol

    Il faut dire que les Etats-Unis, bien que relevant jeudi un « léger » mieux dans le conflit, ont dénoncé eux aussi des violations du cessez-le-feu. Il faut dire aussi, et surtout, que les forces de Kiev dénoncent également une « concentration des troupes ennemies » près de Marioupol, y compris des renforts russes, alors que selon l'Otan, Moscou a transféré ces derniers mois plus de 1 000 pièces d’armement lourd dans l’est de l’Ukraine.

    Les autorités ukrainiennes avaient déjà averti qu'elles étaient prêtes à « revoir le calendrier du retrait en cas de tentative d'assaut » de la part des rebelles pro-russes sur ce grand port industriel de 500 000 habitants situé sur les bords de la mer d'Azov. Et lors d'une déclaration retransmise à la télévision, le président Petro Porochenko avait lui aussi prévenu ce vendredi matin : « A n'importe quel moment, nos militaires sont prêts à repositionner les équipements au niveau des anciennes lignes et à rapidement repousser l'ennemi. »

    Dans la région de la mer d'Azov, la situation reste instable

    Le front n’est qu’à quelques dizaines de kilomètres de Marioupol, où se trouvent actuellement nos envoyés spéciaux Anastasia Becchio et Boris Vichith. Et la situation reste assez instable ; nos confrères relatent que des échanges de tirs à l'arme automatique ont eu lieu jeudi à 30 kilomètres au nord-est de la ville.

    La grande crainte, c'est que Marioupol devienne le prochain objectif des séparatistes. Ces derniers ne le cachent d'ailleurs pas : ils considèrent que ce port doit leur revenir, même s'ils ne prévoient pas d’attaque dans l’immédiat. Sa prise constituerait une étape clé pour relier la Russie à la Crimée, que Moscou a annexée il y a près d'un an. Selon Andrii Lyssenko, la ville a été survolée par sept drones en 24 heures.

    Au sein de la population de Marioupol, certains redoutent que leur ville se retrouve sans défense en cas de nouvelle attaque, compte tenu du retrait des armes lourdes engagé côté ukrainien. D'autres estiment même qu'elle pourrait faire l'objet de marchandages entre les séparatistes et Kiev.

    Il y a des craintes que cette trêve ne soit qu'une petite pause avant le début de grandes manœuvres militaires

    Blogueur habitant de Marioupol dans l’est de l’Ukraine 27/02/2015 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.