GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: les propos de Tsipras agacent Madrid et Lisbonne

    media Le Premier ministre espagnol lors d'un meeting de son parti à Séville, en Andalousie, le 1er mars 2015. REUTERS/Marcelo del Pozo

    Le ton monte entre la Grèce et deux pays d'Europe du Sud, le Portugal et l'Espagne. Samedi, le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras accusait Madrid et Lisbonne d'avoir, pour des raisons électorales, comploté contre son gouvernement pour l'empêcher d'obtenir un accord financier au niveau européen. Des accusations rejetées et dénoncées par Madrid et Lisbonne qui sont allées jusqu'à se plaindre auprès de la Commission européenne des déclarations et du comportement du dirigeant grec.

    L'Espagne allant jusqu'à demander à la Commission de Bruxelles de condamner formellement les déclarations du premier ministre grec. Devant des militants de son parti réunis en Andalousie, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a fustigé l'attitude de son homologue grec. « Nous ne sommes pas responsables de la frustration qu'a créée la gauche radicale grecque en faisant des promesses qu'elle savait intenables », s'est-il emporté devant des militants de son parti à Séville en Andalousie, dans le sud de l'Espagne. « Se chercher un ennemi à l'extérieur c'est un recours que nous avons déjà vu plusieurs fois dans l'histoire », a-t-il ajouté. 

    Mariano Rajoy n'a visiblement pas du tout apprécié les accusations formulées par Alexis Tsipras. Celui-ci a dénoncé samedi un complot conservateur au sein de l'Union européenne ayant pour but, selon lui, de faire échouer son gouvernement afin de ne pas donner encore plus de poids à la gauche radicale en Europe. « Ces puissances ne souhaitaient pas que l'exemple grec ait une influence sur d'autres pays, surtout dans la perspective des élections en Espagne » prévues pour novembre, et en septembre ou octobre au Portugal, a déclaré Alexis Tsipras.

    En filigrane, il y a bien sûr les élections législatives en Espagne et la montée en puissance du parti Podemos, dont la ligne politique est très proche de celle incarnée en Grèce par Syriza. Mariano Rajoy et son homologue portugais Pedro Passos Coelho sont donc tous deux montés au créneau pour dénoncer les déclarations du Premier ministre grec. 

    Reste à savoir si la Commission européenne sanctionnera Athènes, comme le demande le gouvernement espagnol. Selon une source européenne, citée par l'Agence France presse (AFP), une condamnation publique est peu probable. « Sur ce dossier très sensible, le rôle de la Commission n'est pas de diviser, mais de jouer les intermédiaires », explique cette source. 

                   ----------------------------------------------------------------------------

    Allemagne: Schäuble fait confiance au gouvernement Tsipras

    L'Allemagne s'est montrée particulièrement exigeante envers la Grèce lors des réunions des ministres de Finances de l'Eurogroupe qui ont finalement abouti à une prolongation de 4 mois de l'aide européenne. Les négociations ont même été très dures entre Wolfgang Schäuble et son homologue grec Yanis Varoufakis, deux personnalités aux antipodes et ce bien que Wolfgang Schäuble cherche à minimiser cet aspect interpersonnel des choses.

    Mais maintenant que l'accord est conclu et que les députés allemands l'ont approuvé, le ministre allemand des Finances estime qu'il faut donner un peu de temps au gouvernement grec. Car dit-il : « gouverner est un rendez-vous avec la réalité ». Et la réalité, c'est le programme de réformes promis par Athènes sans lequel la Grèce ne pourrait plus compter sur l'aide financière internationale. Il s'agit notamment de mettre en place une administration fiscale efficace qui fait cruellement défaut à la Grèce.

    Toutefois, Wolfgang Schäuble est bien obligé de reconnaître la grande légitimité du gouvernement Tsipras qui jouit dans les sondages d'une popularité grandissante.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.