GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Royaume-Uni: Theresa May remporte le vote de défiance, 200 députés ont exprimé leur soutien et 117 ont voté contre (officiel)
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: un opposant tadjik assassiné à Istanbul

    media Le président tadjik, Emomalii Rahmon, à Helsinki (Finlande), le 24 octobre 2012. AFP PHOTO / LEHTIKUVA / Martti Kainulainen

    Un opposant au gouvernement du Tadjikistan a été abattu en Turquie jeudi 5 mars au soir. Une information révélée par les quotidiens turcs de ce vendredi. Exilé en Turquie, Umarali Kuvvatov était le fondateur de l’un des rares mouvements d’opposition tadjiks, le Groupe 24.

    Les circonstances de la mort de l'opposant ne sont pas encore très claires. Oumaral Kouvatov a été abattu d'une balle dans la tête vers 22h30 jeudi, dans une rue d'Istanbul par un homme seul qui a pris la fuite. Mais il a peut-être aussi été empoisonné. Il venait en effet de dîner en compagnie de sa famille et d’un compatriote tadjik. Et après le repas, lui et ses proches s'étaient sentis pris de malaise.

    Umarali Kuvvatov était une personnalité très influente de l’opposition. Il avait quitté son pays en 2011 après s’être brouillé avec son partenaire en affaires, le gendre du président Emomalii Rahmon. Le Groupe 24, qu’il avait fondé et qu’il dirigeait, est très actif sur les réseaux sociaux. Il a été interdit et qualifié d’organisation extrémiste par la Cour constitutionnelle tadjik en octobre dernier alors qu'Oumaral Kouvatov venait d'appeler à une grande manifestation anti-gouvernementale à Doutchanbé, la capitale.

    Les opposants au président Emomalii Rahmon, qui est à la tête du pays depuis 1992, ont de plus en plus de mal à se faire entendre. Lors de la campagne pou rla présidentielle de 2013 un candidat d'opposition a été inculpé de corruption et condamné à 26 ans de prison. Et selon les observateurs internationaux, les législatives du 1er mars dernier, largement remportées par le parti au pouvoir, ont été entachées de nombreuses irrégularités.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.