GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Parlement européen: le Front national suspecté de fraude

    media La présidente du Front national Marine Le Pen au Parlement européen à Strasbourg en juin 2012. AFP PHOTO/FREDERICK FLORIN

    Le Parlement européen a annoncé ce lundi 9 mars au soir avoir saisi l'office anti-fraude de l'Union européenne pour d'éventuelles irrégularités financières commises par le Front national concernant des salaires versés à des assistants parlementaires européens. Le président Martin Schulz a également écrit à la ministre de la Justice Christiane Taubira pour lui faire part de ses soupçons.

    Ce n’est ni plus ni moins que l’exportation au niveau européen de l’habitude si française des emplois fictifs en politique. Des individus soigneusement choisis sont rémunérés par une institution pour y travailler, mais ils n’y travaillent pas, ou alors très peu, et consacrent l’essentiel de leur temps aux structures internes d’un parti.

    Dans cette affaire, les vérifications de routine conduites par le secrétariat général du Parlement européen ont abouti à découvrir que la quasi-totalité des assistants parlementaires en circonscription, c'est-à-dire en France, des 24 députés européens du Front national, étaient payés à temps complet par le Parlement européen. Mais en réalité, ils occupaient différentes fonctions, à temps partiel ou complet, au sein des organes internes du FN. Le préjudice au détriment du contribuable européen occasionné par ces frontistes dépasserait les 7 millions d’euros en à peine huit mois.

    Le dossier vient d’être confié pour enquête approfondie à l’office européen de lutte anti-fraude, ainsi qu’aux autorités judiciaires françaises. Selon des sources informées, les chefs d’inculpation pourraient inclure le détournement de fonds publics, l’abus de biens publics, ainsi que le faux et usage de faux en écriture comptable.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.