GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Affaire Nemtsov: Moscou ne veut pas d'une enquête internationale

    media Zaour Dadaïev, le principal suspect, selon les autorités russes, au palais de justice de Moscou, le 8 mars 2015. REUTERS/Tatyana Makeyeva

    La Russie rejette la demande de l'Union européenne d'ouvrir une enquête internationale indépendante sur l'assassinat de l'opposant Boris Nemtsov. Le principal suspect, Zaour Dadaïev, affirme que ses aveux lui ont été extorqués sous la torture, et la presse note des incohérences dans l'enquête.

    Avec notre correspondance à Moscou, Muriel Pomponne

    Le comité d'enquête a qualifié d' « ingérence inadmissible », la visite de défenseurs des droits de l'homme à Zaour Dadaïev, principal accusé pour le meurtre de Boris Nemtsov. En conséquence, Andreï Babouchkine, pourtant membre du Conseil consultatif pour les droits de l'homme auprès du Kremlin, a été interrogé par les enquêteurs. Il est désormais considéré comme témoin dans l'affaire, et à ce titre, n'a plus le droit de s'exprimer publiquement.

    Le président de la commission, Mikhail Fedotov, a demandé à pouvoir rencontrer l'accusé. Il n'a reçu aucune réponse du comité d'enquête. Dans le même temps, un journal proche du Kremlin révèle que, d'après l'examen des caméras de surveillance, Nemtsov était suivi par les suspects depuis l'automne. Cela remet en cause la thèse selon laquelle le commando tchétchène aurait tué Nemtsov en raison de son soutien aux journalistes de Charlie Hebdo, tués en janvier.

    Pour certains analystes, ces arrestations viseraient en fait à affaiblir le président tchétchène. D'autant que le suspect , qui jusqu'au 28 février dernier était membre des forces spéciales tchétchènes, était un proche de Ramzam Kadyrov. Mais l'homme fort de Tchétchénie a été décoré d'une des plus hautes distinctions de Russie, au lendemain de l'arrestation de Dadaïev. Ces mêmes analystes en déduisent qu'il y a une lutte d'influence au sein des cercles qui gravitent autour du président Poutine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.