GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les quotas laitiers dans l'Union européenne, c'est fini !

    media Depuis plus de 30 ans, les producteurs européens de lait devaient payer des pénalités s'ils dépassaient la quantité autorisée par l'Union européenne. Reuters

    Les producteurs de lait européens peuvent désormais produire autant qu'ils le veulent. Depuis 1984, ils devaient payer des amendes s'ils dépassaient la quantité autorisée par l'Union européenne. Mais depuis ce matin, les quotas laitiers n'ont plus cours.

    Cette libéralisation du marché laitier européen n'est pas complètement une révolution. La fin des quotas a été décidée en 2003 et anticipée. Pour répondre à une demande mondiale croissante, les quotas ont été revues à la hausse d'1% par an entre 2009 et 2013. Mais ce changement n'est pas accueilli partout de la même manière. L'Europe du Nord y est globalement plus favorable. A commencer par l'Allemagne. C'est pour elle une libération : en 30 ans, elle a dépassé plus de 20 fois son quota, préférant payer près de deux milliards d'euros de pénalités.

    Même satisfaction aux Pays-Bas, pour l'association laitière, le système a donné un avantage aux Etats-Unis et à la Nouvelle-Zélande, première exportatrice mondiale. Les éleveurs néerlandais sont donc décidés à rattraper le temps perdu et entendent augmenter leur production de 20% d'ici à 2020.

    Mais certains au contraire déchantent. L'organisation européenne des producteurs de lait (EMB, European Milk Board) prédit un effondrement des prix. L'inquiétude se fait notamment sentir en France. Certains éleveurs et coopératives laitières réclament même la mise en place d'un mécanisme européen en cas de crise de surproduction. Le commissaire européen à l'agriculture se veut rassurant. Phil Hogan insiste : « Les 28 ont encore des mécanismes à disposition en cas de crise ».

    La majorité des échanges de volume de produits laitiers se fait, notamment pour le lait français au niveau européen et intra-européen.Il n'empêche que ce débouché international est en train de prendre de l'ampleur et permet à notre filière laitière de proposer des nouvelles opportunités et de garantir un débouchés de collecte aux producteurs.
    Pierre Begoc, directeur des affaires internationales chez Agritel 01/04/2015 Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.