GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    La «Loi bâillon», une loi électoraliste des conservateurs espagnols

    media La loi sur la sécurité publique, jugée liberticide par ses détracteurs, a provoqué de nombreuses manifestations, comme ici, le 14 février dernier. AFP PHOTO/ JAVIER SORIANO

    En profitant de leur majorité absolue au Parlement espagnol pour approuver, en solitaire et contre tous les autres partis, une nouvelle loi sur la sécurité publique, les conservateurs du Parti populaire ont adressé un message à la frange la plus radicale de l’électorat de droite espagnol. Surnommée « Ley mordaza » - « loi bâillon »- par ses détracteurs, elle est considérée comme liberticide par l'opposition et de nombreux mouvements sociaux.

    avec notre correspondant à Madrid,

    Depuis que la loi sur la sécurité publique a été présentée en Conseil des ministres, le 29 novembre dernier, la polémique n’a cessé d’enfler, en Espagne et au-delà. Et le vote par le Parlement de cette même loi, le 26 mars dernier, a renforcé encore le débat. En Espagne, la mémoire des 40 ans de franquisme a laissé des traces. Et chaque loi qui censure, règlemente ou restreint les libertés publiques, a extrêmement mauvaise presse.

    En l’occurrence, la loi sur la sécurité publique va encore plus loin. Qu'on en juge : le fait de photographier un policier en service pendant une manifestation peut coûter jusqu'à 600 euros ; le fait de protester face au Sénat, devant la Chambre nationale des députés à Madrid, ou tout Parlement régional peut être puni de 30 000 euros d'amende, tout comme brûler un container ou encore refuser de décliner son identité à un agent des forces de l'ordre. Et si on est à l’origine de l’organisation d’une activité festive dans un endroit proscrit par les autorités, on risque jusqu’à 600 000 euros de contravention...

    Les conservateurs veulent en finir avec les manifestations

    Des peines pour le moins rudes, qui s’expliquent notamment parce que les conservateurs du Parti populaire, au pouvoir depuis décembre 2011, ont en horreur le souvenir de ces dernières années, avec son lot de manifestations innombrables contre les coupes budgétaires, pour l'Education, contre les députés nationaux, contre certains membres du gouvernement accusés de corruption…

    Pour les députés PP, « trop c'est trop » : la rue ne peut pas être aussi agitée aussi faut-il dissuader les esprits rebelles. L’objectif poursuivi est également de restaurer le prestige de la police, via l'intimidation. Une police notamment stigmatisée pour des passages à tabac très violents lors de plusieurs manifestations. Des scènes filmées dont les images ont tourné massivement sur internet.

    Un message à l'extrême droite

    Il y a aussi clairement une manœuvre électorale dans cette loi répressive. Des élections régionales importantes sont prévues fin mai et des législatives nationales sont programmées en novembre. Les conservateurs, auxquels les sondages ne sont pas favorables, ont besoin de mobiliser leur électorat le plus radical, le plus idéologique, dans un pays qui ne compte aucun parti étiqueté à l’extrême-droite.

    La preuve, c'est qu'en plus de cette loi, le Code pénal sera durci aussi à partir du 1er juillet prochain. La principale modification, ce sont les « peines de prison à durée révisable ». En clair, tout prisonnier ayant purgé la peine maximale de 40 ans pourra retourner derrière les barreaux si la justice estime que c'est mieux pour la société. Les ONG de défense des droits de l’homme ont multiplié les manifestations et pétitions pour s’opposer à cette loi. Et le chef de l'opposition socialiste, Pedro Sanchez, a promis que dès son arrivée au pouvoir, il reviendra sur cette mesure et sur l'ensemble de la nouvelle législation de limitation des libertés publiques.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.