GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Un accord «pétrole contre marchandises» entre la Russie et l'Iran

    media Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov. DR

    D'après le gouvernement russe, Moscou et Téhéran ont entamé un programme « pétrole contre marchandise ». C'est le vice-ministre des Affaires étrangères russes Sergueï Riabkov qui a vendu la mèche. Cette annonce intervient juste apres celle de la levée de l'embargo russe sur la livraison de missiles sol-air S-300 à l'Iran.

    Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Le porte-parole du Kremlin n'a pas voulu donner de précision, mais il a confirmé qu' un accord « pétrole contre marchandises » était bien entré en vigueur entre la Russie et l'Iran. Le ministre de l'Energie, Alexandre Novak a refusé de s'exprimer sur le sujet. Mais selon le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, Moscou aurait déjà livré des céréales, des biens d'équipements et du matériel de construction.

    D'après l'agence de presse Reuters, il s'agirait d' un échange d'une vingtaine de milliards de dollars de biens, contre la livraison de 500 000 barils par jour de pétrole iranien.

    Cet accord fait l'objet de discussions depuis un an environ. A l'époque, Washington avait fait part de son inquiétude, car cela aurait permis à Téhéran d'augmenter ses exportations de 50%. En août dernier, le journal Kommersant évoquait un possible troc portant sur un volume plus réduit de 70 000 barils par jour.

    Pour la Russie, un tel échange n'est pas interdit par le régime de sanctions imposées à l'Iran en raison de son programme nucléaire. La Russie a déjà un pied en Iran, notamment dans l'industrie nucléaire, puisqu'elle contribue à la mise en service de la centrale de Boushehr, et a signé un accord en novembre dernier sur la construction de deux nouveaux réacteurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.