GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le centre opérationnel a coordonné 40 opérations de secours» au large de la Libye, ont annoncé les gardes-côtes de la marine italienne sur leur compte Twitter. Les gardes-côtes italiens ainsi que l'opération européenne anti-passeurs Sophia, l'agence européenne Frontex et les organisations humanitaires présentes en Méditerranée «ont sauvé 6500 migrants» ce lundi, soit l'une des journées les plus intenses de ces dernières années en Méditerranée.

    Europe

    Naufrages: «Ils considèrent les Subsahariens comme des objets»

    media Des migrants arrivent dans le port de Trapani, en Sicile, le 17 avril 2015. REUTERS/Guglielmo Mangiapane

    Les récits des 28 rescapés du naufrage de ce week-end où 800 migrants auraient trouvé la mort, permet d’en savoir plus sur les conditions dans lesquelles ces candidats à l’exil ont voyagé depuis la Libye.

    Les migrants étaient entassés sur les trois niveaux du chalutier qui a chaviré dans la nuit du 18 au 19 avril. L’accident aurait fait 800 morts, estime l’Organisation internationale pour les migrations. En général, les migrants bénéficient de différences de traitement selon leur nationalité. Mais cette fois, il semble que cela n’ait pas été le cas, la plupart des passagers étant d’origine subsaharienne.

    « Il n’y a pas eu beaucoup de différences, contrairement aux autres fois. Car les autres nationalités, les Asiatiques, les Syriens aussi, peuvent rester dans la partie supérieure [du bateau] qui est plus sûre dans le cas d’un naufrage, explique Flavio di Giacomo, porte-parole de l’OIM, joint à Catane.

    Très souvent, il y a des différences de traitement entre nationalités. Les Subsahariens sont toujours considérés comme des personnes moins valables. Ils paient aussi moins, bien entendu, par rapport aux Syriens. Mais généralement, ce n’est pas seulement de l’argent, c’est vraiment qu’ils considèrent les Subsahariens comme des objets et c’est pour ça qu’ils les amassent dans la partie la plus dangereuse du bateau. »

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.