GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Mistral: Paris et Moscou proches d'une annulation du contrat

    media Le président français François Hollande et son homologue russe Vladimir Poutine, le 24 avril à Erevan, en Arménie. REUTERS/Alexei Nikolsky/RIA Novosti/Kremlin

    La livraison des navires de guerre Mistral à la Russie n'est pas envisageable dans le contexte actuel, a déclaré François Hollande ce vendredi 24 avril à Erevan, à l'issue d'une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine. Le président français a ajouté qu'aucune décision définitive n'avait été prise sur le sujet.

    Avec notre envoyée spéciale en Arménie, Anissa el-Jabri

    Le président français avait admis pour la première fois, mercredi 22 avril, que la France pourrait être amenée à « rembourser » les sommes déjà versées par la Russie pour l'acquisition de deux navires de guerre Mistral, dont la livraison est suspendue depuis novembre en raison de la crise ukrainienne.

    Mais officiellement, même après une rencontre d'une heure entre les deux présidents russe et français à Erevan, en marge des commémorations du centenaire du génocide arménien, rien n'a bougé.

    « Les Mistral avec Vladimir Poutine, on n’en parle pas à chaque fois nécessairement » ; la phrase est de l’Élysée. L’Élysée qui, a chaque tête-à-tête entre les deux présidents, se voit poser la question par la presse. « Les Mistral, c’est notre boulet », dit d’ailleurs un conseiller.

    François Hollande a donc insisté à Erevan : « Soit le Mistral est livré, ce qui n'est pas aujourd'hui notre décision, soit il sera remboursé dans des formes que nous avons à discuter ». Le chef de l'Etat a ajouté : « Pour l'instant aucune décision n'est prise ».

    Les sommes en jeu sont très importantes. Sur les 1,2 milliard d’euros du contrat, 800 millions auraient déjà été versés par Moscou, qui réclame des pénalités en plus du remboursement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.