GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    «Immigration et terrorisme», le questionnaire tendancieux d’Orban

    media Viktor Orban, Premier ministre hongrois, lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 23 avril dernier, en marge du sommet organisé pour répondre à la crise humanitiaire des migrants, au large des côtés italiennes. AFP PHOTO / THIERRY CHARLIER

    Le Premier ministre Viktor Orban, leader du parti de droite Fidesz, lance ce samedi 2 mai une campagne de consultation auprès des Hongrois, sous la forme d’un formulaire aux questions tendancieuses et au titre édifiant : « Immigration et terrorisme ».

    avec notre correspondante à Budapest,

    La semaine dernière, le Premier ministre hongrois Viktor Orban s’était déjà attiré les foudres de l’Union européenne en voulant remettre la question de la peine de mort à l’ordre du jour. Il défie à nouveau Bruxelles en réclamant un durcissement de la législation européenne. Le leader populiste lance ce samedi une consultation sous forme d’un questionnaire envoyé à huit millions de Hongrois.

    Le formulaire comprend 12 questions. Par exemple : « Certains pensent que les réfugiés menacent l’existence et l’emploi des Hongrois. Êtes-vous d’accord ? » Autre question : « Est-ce que vous accepteriez qu’on mette ces personnes en prison dès qu’elles franchissent illégalement la frontière ? » Ou bien encore : « Pensez-vous que les demandeurs d’asile doivent contribuer eux-même à leurs frais de séjour en Hongrie ? » Autrement dit : Pourrait-on les faire travailler sans salaire ?

    Outre le fait qu’emprisonner des personnes réfugiées ou non sans décision de justice ou les faire travailler de force est contraire au droit européen, plusieurs questions font l’amalgame entre demandeurs d’asile et terroristes. Un amalgame que Viktor Orban a été le premier à faire, juste après les attentats de Paris de janvier dernier. Pour lui, « l’immigration économique n’apporte que des troubles et des menaces en Europe ».

    Une augmentation des chiffres en trompe-l'oeil

    Cette campagne du gouvernement hongrois intervient alors que le nombre de demandeurs d’asile est en hausse dans le pays. Depuis le 1er janvier, 38 000 personnes y ont demandé l’asile, soit presque autant que pour toute l’année 2014. Et en 2014, le nombre de demandeurs d’asile avait été 20 fois supérieur à celui enregistré en 2013.

    Une très nette augmentation, qui concerne essentiellement des personnes originaires du Kosovo, de Syrie et d’Afghanistan. Mais en fait, ces demandes d’asile ne concernent que des migrants de passage en Hongrie. La règle de Dublin II veut en effet que les demandes d’asile soient déposées dans le premier pays européen d’arrivée. Une fois que ces migrants ont fait une demande d’asile en Hongrie, la majeure partie disparait dans la nature et prend aussitôt la route d’autres pays européens. En Hongrie, ces réfugiés sont invisibles et ne posent pas de problèmes aux Hongrois.

    Le gouvernement pourra faire dire ce qu’il veut à ce questionnaire. Il ne s’agit pas un référendum. La consultation nationale lancée par le gouvernement de Viktor Orban n’a en effet aucune valeur légale. Il sera impossible de vérifier combien de citoyens renverront effectivement les questionnaires, ni quelles auront été les réponses. Des consultations de ce type ont déjà été menées, et les résultats ne sont jamais publiés.

    Orban chasse sur les terres de l'extrême-droite

    L’objectif, pour Orban, dont le parti est en chute dans les sondages talonné par une extrême-droite en pleine ascension, est de s’emparer d’un thème radical. Cela sert aussi à détourner l’attention des nombreux scandales de corruption qui font la Une des médias hongrois depuis plusieurs mois. Viktor Orban choisit toujours des thèmes qui divisent la société. Il l’avait déjà fait avec les sans-abri.

    En Hongrie, il y a certes une forme de xénophobie passive, mais les Hongrois n’ont a priori rien en contre les réfugiés, dont la faible part qui choisit de rester dans le pays s’intègre bien. Mais ce genre de campagne peut attiser la haine et transformer les réfugiés en boucs émissaires. Cette campagne de haine est très critiquée dans la presse indépendante. Sur Internet, des parodies du questionnaire circulent beaucoup. Mais les questions sont différentes. « On entend beaucoup parler de la corruption des politiciens au pouvoir. Êtes-vous d'accord ? » Ou : « A votre avis, au lieu d'organiser cette campagne d'incitation à la haine aux frais du contribuable, le gouvernement ne ferait-il pas mieux de gouverner ? »

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.