GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Mondial 2019 de rugby au Japon: la France bat l'Argentine 23-21 dans un match capital pour la qualification
    Dernières infos
    • Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» sont rassemblées à Paris ce samedi matin
    • Chantier de Notre-Dame: «pas de pression» sur le calendrier des travaux (Franck Riester au «Parisien»)
    • Les Gardiens de la révolution préviennent que tout pays qui attaque l'Iran sera «le champ de bataille» (Hossein Salami)
    Europe

    Royaume-Uni: David Cameron devra composer avec l'Ecosse

    media La Premier ministre écossaise Nicola Sturgeon ne veut pas entendre parler d'une sortie britannique de l'UE. REUTERS/Russell Cheyne

    Bien que réélu à la majorité absolue, David Cameron et son parti ont subi un cuisant désaveu en Ecosse où l’envie de sécession perdure. Le Premier ministre britannique devra faire des concessions à Edimbourg alors que d’autres régions aussi veulent plus d’autonomie.

    Le Parti nationaliste écossais (SNP), revigoré contre toute attente par sa courte défaite au référendum d'indépendance il y a huit mois, a raflé 56 des 59 sièges en Écosse, opérant une véritable razzia dans une contrée considérée voici peu comme un fief travailliste imprenable. Face à un tel raz-de-marée, David Cameron a aussitôt réaffirmé sa volonté d'accorder plus de responsabilités aux gouvernements régionaux du Royaume-Uni.

    « En Écosse, notre plan est de créer le gouvernement décentralisé le plus fort du monde avec d'importants pouvoirs en matière d'imposition », a promis le Premier ministre réélu plus facilement que prévu lors d'un discours devant le 10, Downing Street juste après avoir été reconduit dans ses fonctions par la reine Elizabeth II.

    Un « Scoxit » n’est pas à exclure

    Côté écossais, Nicola Sturgeon, la Premier ministre de la région autonome septentrionale, avait jusqu’ici assuré que ses demandes prioritaires portaient sur des pouvoirs accrus en matière de maîtrise des finances, soulignant que la question de l'indépendance n'était plus à l'ordre du jour. Mais après leur triomphe, l'appétit des indépendantistes risque d'être aiguisé.

    Tony Travers, expert de la London School of Economics (LSE) interrogé par l’Agence France-Presse, n'a pas l'ombre d'un doute sur le sujet: « l'indépendance reste l'objectif ultime des nationalistes », a-t-il assuré. « Les nationalistes du SNP ont perdu une bataille mais ils ont gagné la guerre », a confirmé Kate Jenckins, une autre experte à LSE.

    Quant à la question d’un éventuel « Brexit » (contraction de « Britain » et « exit », autrement dit une sortie du Royaume Uni de l’UE après référendum), il pourrait déboucher sur un « Scotxit » écossais. Nicola Sturgeon, europhile convaincue, a en effet déjà prévenu qu'une sortie britannique de l'UE serait une condition suffisante pour reposer la question de l'indépendance.

    Le Royaume désuni

    Inspirés par le SNP, les nationalistes gallois du Plaid Cymru se sentent à leur tour pousser des ailes. Ils ont amélioré leur score à 12 % dans la plus déshéritée des quatre nations constitutives du Royaume-Uni qui, outre l'Écosse, comprend aussi l'Angleterre et l'Irlande du Nord.

    Leanne Wood, 43 ans, leur dirigeante républicaine qui s'entête à appeler « Mme Windsor » la reine Elizabeth II, a brisé un tabou l'an dernier en signifiant qu'elle trouverait « normal » que le Pays de Galles accède à l'indépendance, alors que l'idée était jusqu’alors embryonnaire.

    Les aspirations à Edimbourg et Cardiff s'accompagnent d'une envolée des revendications en faveur d'une délégation accrue des pouvoirs en Irlande du Nord ainsi que dans les grandes métropoles, à commencer par Manchester et Liverpool.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.