GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Royaume-Uni: le parti travailliste très affaibli par sa lourde défaite

    media Le chef du parti travailliste, Ed Miliband, a annoncé sa démission, le 8 mai 2015, après une défaite cuisante aux élections législatives. REUTERS/Neil Hall

    Après avoir concédé la défaite aux législatives, Ed Miliband a démissionné ce vendredi 8 mai. Il laisse un parti travailliste extrêmement affaibli et qui a d'ores et déjà commencé un profond examen de conscience.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    Avec presque 100 sièges de moins que les conservateurs dans le nouveau Parlement, le parti travailliste se retrouve à son plus bas niveau de représentation depuis 1983. Cette défaite provoque déjà beaucoup de rancoeur au sein du Labour. « En quatre ans, l'équipe d'Ed Miliband a réduit à néant le travail de toute une génération de travaillistes », s'est plaint un militant en faisant allusion aux années de gloire du New Labour de Tony Blair.

    Se relayant sur les plateaux de télévision, les figures historiques du parti ont regretté les erreurs de jugement durant la campagne. Le Labour s'est ainsi avéré trop à gauche pour les électeurs en Angleterre, et trop à droite en Ecosse en proposant une version allégée du programme d'austérité des conservateurs. Résultat, les travaillistes voient aujourd'hui leur marge de manoeuvre réduite géographiquement.

    L'Ecosse est très clairement sous le charme des nationalistes du SNP et le sud de l'Angleterre, à l'exception de Londres, est passé aux conservateurs. De toute façon, d'un point de vue idéologique, la tentation de pencher à gauche pour reconquérir les Ecossais aurait risqué de faire fuir les derniers électeurs du centre dont le soutien avait été décisif lors des victoires de Tony Blair. Abasourdi et humilié, le parti entre donc dans une période d'intense introspection pour redéfinir son identité et ses priorités. Un débat qui devra se tenir avant d'élire un nouveau dirigeant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.