GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Edition spéciale (5h-7h TU) : les réactions en Afrique avec nos correspondants, décryptage et analyse avec la rédaction de RFI et ses invités

    Europe

    Immigration: les mesures fortes auxquelles l’UE se prépare

    media Un migrant africain essaye de franchir une barrière dans le port de Patras (Grèce), le 28 avril 2015. REUTERS/Yannis Behrakis

    La question de l'immigration en masse vers l'Europe à travers la Méditerranée sera doublement débattue cette semaine. D’abord au Conseil de sécurité de l’ONU, lundi. Puis à Bruxelles, où la Commission européenne doit présenter mercredi ses propositions de réforme de la politique d'immigration de l'UE, et notamment la mise en place de quotas.

    Ce lundi, l'UE doit tenter d'obtenir une résolution de l'ONU pour user de la force jusque sur les côtes libyennes contre les trafiquants d'êtres humains. Après une série de naufrages dramatiques, les ministres français, espagnol, polonais et allemand de la Défense, réunis à Lorient, se sont penchés sur les propositions que Federica Mogherini, la chef de la diplomatie européenne, doit présenter ce lundi au Conseil de sécurité. Elle demandera l'aval de l'ONU pour mener des actions militaires contre les passeurs, au départ notamment de Libye.

    L'Union européenne souhaite intercepter les bateaux que les passeurs utilisent pour tracter jusqu'en haute mer des embarcations chargées de clandestins. Des bateaux laissés ensuite à la dérive. Or, sans mandat international, les Européens n'ont pas le droit d'avancer dans les eaux territoriales libyennes ou d'arrêter un navire dont le pavillon est identifiable.

    Mais pour commencer, a souligné le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, « il faut que les services européens de renseignement coopèrent pour localiser les passeurs et leurs moyens de transport ». Une surveillance aérienne et par radar pourrait aussi constituer une source d'information complémentaire.

    Répartir les immigrés par quotas nationaux

    Puis, la Commission européenne doit ce mercredi présenter ses propositions de réforme de la politique d'immigration de l'UE. L'idée d'une répartition forcée par quotas nationaux semble au centre du projet. On la dit portée par Jean-Claude Juncker. Dépité du peu de résultats du sommet européen extraordinaire du 23 avril sur l'immigration, il aurait décidé de prendre le taureau par les cornes.

    Le principe est assez simple et consiste à répartir les réfugiés selon des quotas contraignants pour chaque État membre de l'Union européenne. Ces quotas tiendraient compte pour chaque pays de sa richesse nationale, de sa population, de son taux de chômage et du nombre de réfugiés déjà accueillis. En la matière, ce sont les pays d'Europe centrale et orientale qui en accueillent le moins, d'une part car ils sont eux-mêmes en partie des pays de départ d'une émigration économique vers l’Europe occidentale, et d'autre part parce que les réfugiés ne désirent pas s'y rendre.

    Ces propositions semblent diviser à l'intérieur même de la Commission européenne et elles devraient être fraîchement accueillies par tous les pays qui veulent garder leur souveraineté sur les questions d'immigration. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban en a d'ailleurs par avance condamné le principe. Seuls les pays du Sud de l'Europe devraient les accueillir avec enthousiasme. Ces propositions s'accompagnent de projets visant à multiplier les voies d'immigration légale.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.