GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Chypre: des gestes d’ouverture de part et d’autre

    media Le président chypriote grec Nicos Anastasiades (g.), son homologue de Chypre-Nord Mustafa Akinci (d.) et l'envoyé spécial de l'ONU Espen Barth Eide à Nicosie, le 15 mai 2015. REUTERS/Yiannis Kourtoglou

    A Chypre, l'élan d'optimisme s'installe après la reprise des négociations de réunification interrompues depuis sept mois. L'élection d'un nouveau leader à Chypre-Nord a donné un coup d'accélérateur à ces pourparlers enlisés depuis des années. Les dirigeants des deux entités se sont rencontrés pendant près de quatre heures sous l'égide de l'ONU. Et l'enthousiasme reste de mise.

    Avec notre correspondant à Nicosie, Michel Picard

    Cette fois ce pourrait être la bonne. Mustapha Akinci, leader de Chypre-Nord et Nicos Anastasiades, président chypriote grec, se sont quittés avec le sourire. Ils ont promis de se revoir deux fois par mois officiellement, et même davantage, de manière informelle.

    Les décisions prises lors de cette première séance semblent de petits pas mais leur portée est forte et symbolique. Chypre-Sud a dévoilé les cartes des terrains minés au nord avant la guerre de 1974, permettant le coup d'envoi d'opération de déminages avec l'aide de l'ONU.

    De son côté, Chypre-Nord a mis fin aux visas sur feuille volante pour l'entrée sur son territoire. Une décision qui a reçu l'aval d'Ankara car l'armée et la police chypriote turque sont directement supervisées par la Turquie. Cette inflexion, largement appréciée côté grec, laisse entrevoir de réelles possibilités d'avancer.

    Reste encore à aborder la présence militaire turque - 30 000 à 40 000 soldats au Nord - qu'Ankara jusque-là refuse de rapatrier. L'autre gros dossier reste les propriétés spoliées, ces milliers de terrains et maisons laissés à l'abandon pendant la guerre par les Chypriotes grecs fuyant les tensions au nord et depuis reprises par des Chypriotes turcs désormais installés. Indemnisation, échange, restitution. Toutes les options sont sur la table.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.