GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Municipales espagnoles: à Barcelone, la sensation Ada Colau

    media Ada Colau, le 24 mai 2015 à Barcelone. REUTERS/Albert Gea

    C'est une première : à Barcelone, les nationalistes catalans de droite ont été devancés par une liste citoyenne d'inspiration « indignée » soutenue par Podemos, dimanche 24 mai, à l'occasion des élections municipales espagnoles. Dans la capitale de la Catalogne, le prochain maire devrait s'appeler Ada Colau. Avec 25,2% des voix, la liste de cette activiste de 41 ans, figure de la lutte contre les expulsions immobilières, obtient 11 sièges contre 10 pour CiU (22,7%).

    C’est une victoire à l’arraché, sur le fil du rasoir, rapporte notre correspondante à Barcelone, Martine Pouchard. Ada Colau devra trouver des alliances pour gérer la ville. Pour l’instant, l’euphorie aidant, elle savoure assurément son succès. « Nous avions une opportunité historique et nous avons su en profiter. C’est la victoire de David contre Goliath », dit-elle.

    « Avec nous, les gens communs, ceux qui en général n’ont aucun pouvoir politique, social, médiatique, judiciaire, ont eu une opportunité historique », a déclaré, très émue, Ada Colau qui, à 41 ans, est sur le point de mettre un terme à 30 ans de domination des partis nationalistes et socialistes à Barcelone.

    A Barcelone, Ada Colau s’est alliée avec Podemos. Mais elle est surtout une militante populaire, une bonne fée qui a lutté durant les pires années de la crise contre les expulsions de ceux qui ne pouvaient pas payer leurs hypothèques. D'ailleurs sans expérience politique, elle promet pêle-mêle des logements sociaux, une monnaie locale sur le type cubain ou encore la fin de la corruption.

    Ada Colau gagne aussi à Barcelone contre les partisans de l’indépendance de la Catalogne. Et cela, pour Jaime, c’est un signe fort qui n'échappe à personne. « Quelque chose de l’ancien système est en panne, endommagé. Les nouveaux partis ne vont pas éliminer les partis traditionnels, mais ils vont les obliger à changer et faire une autre politique. Je n’y crois pas beaucoup mais un peu », confie-t-il.

    Quoi qu’il en soit, à l’épreuve du feu, il va falloir trouver des alliances. Cela ne sera pas facile, car dans cette ville, les partis ne partagent pas facilement le pouvoir.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.