GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    UE: la prise en charge des migrants débattue à Bruxelles

    media Un migrant lors d'une manifestation devant la Chambre des députés à Rome, le 21 avril 2015. REUTERS/Yara Nardi

    A Bruxelles se discute ce mercredi une question clé pour des dizaines de milliers de personnes, ces naufragés en Méditerranée fuyant la Syrie ou l‘Erythrée, recueillis en Italie, Grèce ou Malte. La Commission européenne attend des Etats européens qu’ils partagent la prise en charge des migrants.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    L’idée de la Commission, c’est de prendre en charge, dans un premier temps, les deux cinquièmes des Erythréens et des Syriens qui ont traversé la Méditerranée l’an dernier. Cela concerne les personnes actuellement en Italie ou en Grèce et qui ont déposé une demande d’asile. Seraient - par exemple - prioritaires les familles avec enfants ou bien ceux qui ont déjà des parents dans l’Union européenne : 16 000 personnes en Grèce, 24 000 en Italie.

    Ces demandeurs d’asile seraient répartis dans les 28 Etats membres, selon la richesse nationale de ceux-ci, leur population, leur taux de chômage et le nombre de demandes d’asile déjà enregistrées. Les Etats pourraient aussi faire des demandes spécifiques en fonction des besoins sur leur marché de l’emploi. C’est une rupture très importante avec la règle actuelle qui impose aux migrants de déposer leur demande d’asile dans le pays par lequel ils ont pénétré sur le territoire de l’Union européenne.

    Débat houleux

    La deuxième proposition de la Commission, c’est d’accueillir 20 000 autres personnes, identifiées par le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR) comme nécessitant une protection internationale, les personnes fuyant le conflit de Syrie par exemple.

    Avec ces clés de répartition, la France accueillerait plus de 9 000 personnes, l’Allemagne près de 12 000. La Commission va soumettre ces propositions au vote des 28 pays de l’UE et le débat risque d’être houleux car un tiers de ces pays serait encore fondamentalement hostile à tout système contraignant.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.