GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Législatives en Turquie: fin de campagne dans un climat tendu

    media La campagne du parti pro-Kurde HDP a été émaillée de violences. REUTERS/Murad Sezer

    Fin de la campagne électorale en Turquie et toujours aucune revendication après l'explosion qui avait fait deux morts et plus de 200 blessés vendredi soir à Diyarbakir, dans le sud-est du pays. C'était lors d'un meeting du principal parti kurde, le HDP, le Parti démocratique du peuple. Les Kurdes de Turquie se sont rassemblés ce samedi sur le lieu des deux explosions.

    Aux cris d'« Erdogan assassin », plusieurs centaines de partisans du HDP ont défilé ce samedi matin à Diyarbakir sur les lieux des attentats derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire « la paix malgré tout ». Les dirigeants du parti ont appelé au calme.

    La campagne électorale a été entachée de nombreuses violences contre le HDP. Ce parti pro-kurde pourrait recueillir plus de 10 % des voix aux élections législatives, ce qui remettrait en question les projets de présidentialisation du régime de Recep Tayyip Erdogan. Le président turc a réagi aux derniers attentats en parlant de provocation. Contesté au sein même de son propre parti, l’AKP, il est accusé de dérive autoritaire. Paradoxalement il reste très populaire et la pression est très forte sur l’opposition.

    Les mesures de sécurité ont été renforcées pour les réunions du HDP qui a été la cible de plus de 70 attaques violentes au cours de la campagne électorale, dont un double attentat à la bombe le mois dernier qui a fait six morts.

    Jeudi, à Erzurum, un millier de militants nationalistes ont tenté de perturber une réunion publique organisée par le chef de file du Parti démocratique du peuple. Les nationalistes turques ont mis le feu à un minibus aux couleurs du HDP, blessant grièvement son chauffeur. La veille, dans une autre ville de l'Est, le conducteur d'un autocar de campagne du même parti kurde, avait été mortellement atteint par des tirs d'origine encore indéterminée. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.