GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Amnesty International appelle l’Irlande à réformer le droit à l’IVG

    media Manifestation de partisans de l'IVG en 2012 à Dublin, suite à la mort de Savita Halappanavar des suites d'une grossesse à laquelle elle avait souhaité mettre un terme, sans en obtenir l'autorisation. AFP PHOTO / PETER MUHLY

    Amnesty International demande à l’Irlande de modifier sa loi sur l’interruption volontaire de grossesse. La législation irlandaise interdit en effet aux femmes victimes de viols d’avoir recours à l’IVG. Chaque année, 4 000 Irlandaises partent à l’étranger pour y avorter, avec des conséquences psychologiques et physiques lourdes, selon l’ONG.

    Moins d’un mois après le vote des Irlandais en faveur du mariage homosexuel, Amnesty International interpelle le gouvernement d’Enda Kenny sur le sujet de l’interruption volontaire de grossesse. Dans un rapport publié ce mardi 9 juin, l’ONG appelle l’Irlande à « modifier sa Constitution et notamment cette primauté de la vie du fœtus par rapport à la vie de la mère ».

    La législation irlandaise, considérée comme l’une des plus restrictives d’Europe, interdit notamment aux femmes et jeunes filles victimes d’un viol d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse. Conséquence : chaque année, environ 4 000 femmes et jeunes filles partent à l'étranger pour y procéder à une IVG. Une situation condamnée par Amnesty International, qui dénonce le coût considérable tant sur le plan psychologique que financier et physique.

    Amnesty espère lever la « chape de plomb »

    « La question de l’avortement est extrêmement sensible en Irlande. Il y a encore cette chape de plomb, qui fait que la sexualité des femmes est mise en cause », estime Geneviève Garrigos, présidente d'Amnesty International France. L'ONG, qui a déjà par le passé dénoncé la loi promulguée en 2013, juge que la législation irlandaise « confirme que la femme est perçue plus comme un réceptacle à enfants que comme une vie à part entière. C’est ce changement qu’il faut amener, pour toutes ces femmes qui, aujourd’hui, sont en situation désespérée. »

    Evoquant le chiffre de 4 000 Irlandaises contraintes de quitter le pays pour pouvoir avoir recours à une IVG, la présidente d’Amnesty France dénonce ce qu’elle qualifie « d’hypocrisie très forte du gouvernement irlandais ». « On les laisse faire, alors que ces femmes devraient pouvoir trouver une solution dans leur propre pays », souligne la présidente de l’ONG, qui estime qu’il y a une « double discrimination », car « celles qui finalement se retrouvent à ne pas pouvoir le faire, ce sont les femmes les plus pauvres, les plus jeunes, celles qui sont dans des situations précaires ».

    « Décriminaliser » les accompagnants et personnels de santé

    Pour Geneviève Garrigos, il y a urgence à « décriminaliser également toutes les personnes qui viennent en soutien [aux femmes désirant un IVG], que ce soit les personnels de santé ou les accompagnants, pour arrêter de faire subir à ces femmes une situation qui est absolument intolérable aujourd’hui, en Europe mais aussi dans le monde ».

    « Entre la culpabilisation, le danger, la peur, l’opprobre au niveau de la société, ces femmes se retrouvent vraiment prises dans un étau, alors qu’elles-mêmes sont les premières victimes », dénonce encore Geneviève Garrigos, qui regrette « le poids de l’histoire irlandaise, de la vision de la femme comme réceptacle à bébés, c’est absolument absurde et anachronique ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.